Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Renforcer le positionnement de la femme africaine dans les Objectifs de développement durable


Tanger abrite jusqu’au 27 avril une conférence panafricaine



Tanger abrite une conférence panafricaine sur les stratégies africaines de renforcement du leadership féminin en matière de développement économique et social.
Organisée par le Centre africain de formation et de recherche administratives pour le développement (CAFRAD), en partenariat avec la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (ACBF), cette rencontre vise à sensibiliser les hauts fonctionnaires du gouvernement sur les meilleures stratégies en vue d’accroitre le nombre de femmes à des postes élevés dans l'administration publique.
Cette conférence, qui fait suite à toutes les autres tenues antérieurement notamment celles de 2011, 2014 et de 2015, a aussi pour objectifs de décider des stratégies socioéconomiques prospectives permettant aux gouvernements de renforcer le rôle des femmes dans la gestion et les processus de prise de décision à tous les niveaux.
Les participants à cette rencontre vont également discuter du développement des carrières des femmes au sein des organisations du secteur public et privé. 
Les organisateurs indiquent qu’il s’agit d’examiner les facteurs et enjeux liés au renforcement des capacités et des compétences des femmes en matière de leadership, d’élaboration des politiques et prise de décision.
Cette conférence fournira aux participants la possibilité d’échanger sur leurs expériences respectives et de comparer les avancées dans ce domaine, indiquent les organisateurs, assurant qu’elle permettra également de mettre à niveau les connaissances et stratégies spécifiques au leadership féminin et de découvrir les nouvelles tendances et meilleures pratiques dans ce domaine.
«Le leadership féminin en question: autonomisation économique, éducation et rôle de la femme dans la vie politique»; «Les stratégies nationales de renforcement du leadership féminin dans les administrations publiques africaines»; «Les défis administratifs, socio-économiques et culturels de la reconnaissance du leadership féminin en Afrique»; «Les perspectives de renforcement du leadership féminin : outils et mécanismes pertinents en vue du renforcement du leadership féminin à la lumière des Objectifs de développement durable» et «Le partenariat entre organismes et institutions chargés du renforcement du leadership féminin». Tels sont les sujets évoqués dans le cadre de cette rencontre à laquelle prennent part des directeurs des ressources humaines des secteurs public et privé, des hauts fonctionnaires de la Fonction publique concernés par cette thématique, des femmes gestionnaires dans les organismes gouvernementaux, le secteur privé et les ONG en rapport avec ce thème ainsi que des femmes leaders dans l'administration.
A propos des résultats attendus de cette conférence, le CAFRAD précise qu’il est prévu que celle-ci sensibilise davantage les gestionnaires sur les questions de la participation des femmes dans le développement socioéconomique, ce qui faciliterait la participation croissante et active des femmes dans la gestion publique.
Par ailleurs, peut-on lire dans un communiqué, «les participants seront appelés à émettre des propositions concrètes sur la formulation du Plan d'action stratégique pour la formation et le renforcement des capacités en matière de leadership, les techniques de négociation, les finances, la résolution des conflits, la consolidation de l'équipe, l'élaboration des politiques, le développement socio-économique et l'innovation/créativité, etc., au profit des femmes gestionnaires afin de les équiper dans ces domaines qui souffrent d’un manque jusqu'ici».
L’Organisation des Nations unies (ONU), qui a, depuis sa création, accordé une grande importance à la contribution des femmes au développement, estime que le processus d’autonomisation des femmes pourrait contribuer à réduire le fossé en entretenant la prise de conscience des enjeux et qui se traduirait par un pourcentage plus équitable de la représentation des femmes à tous les niveaux du processus de prise de décisions. Aussi, estime-t-elle, ces dernières auront un rôle de premier plan dans la mise en œuvre de l'Agenda 2030 des Nations unies pour le développement durable dont l'essence est de «transformer notre monde».
 

Alain Bouithy
Mardi 26 Avril 2016

Lu 1461 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs