Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Renforcer l’employabilité des jeunes dans l’informatique et les télécommunications

Bilan du projet pilote «Programming for the future»




Renforcer l’employabilité des jeunes dans l’informatique et les télécommunications
Dans quelques jours, le projet pilote « Programming for the Future » entrera dans sa deuxième année d’exécution au Maroc.
Lancé en octobre 2013 par EFE Maroc, une ONG internationale spécialisée dans la formation et l’accompagnement des diplômés-chômeurs, ce programme vise à renforcer l’employabilité des jeunes dans le secteur des technologies de l’information. Et donc, faire progresser l’insertion des jeunes dans le marché du travail.
Ce programme s’inscrit dans le cadre d’un projet plus large visant à accompagner 180 jeunes à travers six pays pour améliorer leur employabilité dans le secteur des technologies de l’information.
51 jeunes Marocains ont ainsi pu bénéficier d’un programme de formation complet afin d'acquérir des compétences complémentaires dans le secteur des IT et dans la foulée  se lancer sur le marché du travail avec tous les atouts de leur côté. 
D’accès gratuit, ce programme de formation consiste concrètement à doter ces derniers sinon renforcer leurs « compétences technologiques et comportementales nécessaires pour réussir leur insertion » dans ce secteur.
Il est à noter que cette formation était assurée par des formateurs certifiés en technologies (.net et Java) ainsi que par des experts de la Fondation EFE Maroc.
Il est à rappeler que ce programme dans sa globalité vise à renforcer les aptitudes techniques et comportementales des travailleurs de demain.
Un an après son lancement, avec le soutien conjoint des Fondations Mastercard et Accenture, le projet pilote affiche un bilan plutôt positif et encourageant, soulignent ses promoteurs. D’après ces derniers, le projet pilote « Programming for the future » a permis, à ce jour, un taux d’insertion de près de 80% sur les 51 bénéficiaires. Le reste étant toujours en stage pré-embauche, précisent-ils.
« Le taux d’insertion des bénéficiaires du programme au sein des entreprises marocaines est un motif de satisfaction», se réjouit Myriam Kadmiri. Pour la directrice générale d’EFE Maroc, ce taux « nous conforte dans la valeur qualitative de la formation ». 
A ce motif de satisfaction, il faut ajouter celui relevé par les entreprises qui, constate EFE Maroc, ont accueilli et embauché des bénéficiaires du programme.
Suite au succès rencontré cette année, EFE Maroc annonce qu’elle compte renouveler cette expérience mais à une échelle plus grande, grâce à l’appui d’organismes nationaux et internationaux. 
Par ailleurs, et selon sa directrice, EFE Maroc finalise actuellement des conventions de partenariats qui permettront à cette institution de diversifier les modules de formations (ITO, BPO…) et répondre ainsi aux besoins actuels et futurs du marché de l’emploi dans les secteurs des IT.
S’agissant du nombre de bénéficiaires, il est question aussi que leur effectif passe à au moins 120 bénéficiaires à l’échelle nationale.
En faisant de l’emploi plus qu’une priorité,  mais une vocation, EFE Maroc s’emploie au quotidien à mettre en place des leviers importants susceptibles de  faciliter l’insertion professionnelle des jeunes diplômés en leur apportant de façon bénévole les outils, la qualification ou l’expérience manquante.
La Fondation marocaine de l’éducation pour l’emploi est une filiale d’éducation for employment foundation, une ONG internationale à but non lucratif qui s’emploie à améliorer les opportunités d’emploi offertes aux jeunes chercheurs d’emploi dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.
Présente à Casablanca, Rabat, El Jadida, Tanger Tétouan, Asilah, Doukkala et à Abda, EFE Maroc s’active au quotidien à mettre en place des leviers importants pouvant faciliter l’insertion professionnelle des jeunes diplômés en leur apportant de façon bénévole les outils, la qualification ou l’expérience manquante. Un travail qui a profité à 9.000 jeunes lauréats. Selon ses données, on récence quelque 2.800 bénéficiaires de WS & FDV, 6.200 bénéficiaires de FJIJ. Il est à noter que 53% de ses lauréats sont des femmes, 67% ont été insérés en emploi ou stage et 81% restent en poste après 3 mois. 

Alain Bouithy
Mardi 16 Septembre 2014

Lu 584 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs