Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Renforcement de l’arsenal de lutte contre le blanchiment de capitaux


La commission de justice à la Chambre des représentants adopte un projet de loi



Renforcement de l’arsenal de lutte contre le  blanchiment de capitaux
La commission de justice, de législation et des droits de l’Homme à la Chambre des représentants a adopté, mardi à l’unanimité, le projet de loi n 145.12 modifiant et complétant l’arsenal juridique pénal et la loi relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux.
Adopté lors d’une réunion à laquelle ont pris part le ministre de l’Intérieur Mohand Laenser et le ministre de l’Economie et des Finances Nizar Baraka, ce projet de loi vise à remédier aux insuffisances des législations nationales en ce qui concerne la lutte contre le financement du terrorisme et à prévenir les répercussions potentielles d’un classement négatif du Maroc sur les échanges financiers extérieurs. Ce projet de loi comporte deux articles, dont le premier, modifiant et complétant l’article 218-4 de l’arsenal juridique pénal, stipule que le financement du terrorisme constitue un acte terroriste, même lorsqu’il est commis hors du Maroc et abstraction faite de l’utilisation ou non des fonds en question aux fins initialement prévues.
Il considère également comme acte terroriste “le fait de fournir, de réunir ou de gérer délibérément, par quelque moyen que ce soit, directement ou indirectement, des fonds ou des biens, même licites, dans l’intention de les utiliser ou en sachant qu’ils seront utilisés, en tout ou en partie, en vue de commettre un ou plusieurs actes de terrorisme, par une ou plusieurs personnes, une organisation ou une bande organisée”, tout en incriminant “le fait d’apporter un concours ou de donner des conseils à cette fin” et “le fait de tenter de commettre les actes précités”.
Par ailleurs, le deuxième article, modifiant la loi relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux, promulguée le 17 avril 2007, définit les revenus comme “tous les types d’avoirs corporels ou incorporels, meubles ou immeubles, divis ou indivis, ainsi que les actes ou documents juridiques, quel que soit leur support y compris sous forme électronique ou numérique, attestant la propriété de ces avoirs ou des droits qui s’y rattachent”.
Selon M. Laenser, ce projet de loi vient confirmer la volonté du Maroc de respecter ses engagements internationaux et s’inscrit dans le prolongement des efforts visant à aligner l’arsenal juridique national en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme sur les normes internationales.

MAP
Vendredi 1 Mars 2013

Lu 383 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs