Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rencontres artistiques internationales en Places publiques : 100 artistes invités au sixième “Festival Awaln'Art”




Rencontres artistiques internationales en Places publiques : 100 artistes invités au sixième “Festival Awaln'Art”
Marrakech, Tahanaoute, Tamesloht, Aït Ourir et Aghmat accueillent à partir de dimanche 10 juin la sixième édition des Rencontres artistiques internationales en Places publiques.
Cirque, arts de la rue, installations, contes, acrobatie, danse contemporaine, musique, spectacle de marionnettes et échasses rythment cette manifestation plus connue sous la dénomination « Festival Awaln'Art ».
Pour sa sixième édition, le Festival propose 15 spectacles animés par 100 artistes dont une moitié de jeunes marocains. Une semaine durant, artistes locaux et leurs collègues de France, Guinée, Espagne, Corée, Chili, Belgique, Mali et du Maroc viendront animer les principales artères et mettre le feu aux places  publiques de Marrakech et des communes de la Province Al Haouz, pour le grand plaisir des populations et visiteurs. Qui pourront apprécier divers spectacles de cirque, de danses, d’acrobaties et de contes.
En tout, près d’une dizaine de pays sont représentés à cette sixième édition des Rencontres artistiques internationales en places publiques. Une édition que l’on annonce haut en couleur et qui entend « faire pétiller de couleurs et de bonheur ses publics et ses artistes avec, non pas plus de spectacles, mais plus d’occasions de rencontres et de co-construction et une programmation oscillant entre émergences, élégances et utopies », rassurent les organisateurs dans une note de présentation du Festival.
Outre les nombreux jeunes artistes attendus à cette occasion, cette manifestation verra la participation de grands artistes tels que Jérôme Thomas (jongleur), Mohamed Mourabiti (peintre), Yves Dagenais (clown), Yaya Coulibaly (maître marionnettiste) et Jean Georges Tartare dit le «griot blanc». Ces illustres invités animeront des résidences au profit  des jeunes artistes, avec la participation du Pôle national cirque et arts de rue d’Amiens, du Collectif Random et de l’Ecole nationale du cirque de Salé.
Deux ateliers participatifs sont annoncés lors de cette édition. Le premier pour une création collective entre le Collectif Random et le groupe de traceurs d’Aït Ourir. Le second pour la fabrication de marionnettes géantes et la création en coproduction avec le R’atelier d’une parade.
Trois MasterClass avec Yaya Coulibaly, Yves Dagenais et Jérôme Thomas ainsi qu’une carte blanche pour 5 circassiens de la 22ème promotion du CNAC figurent également au programme.
«Un Lâcher de violons», orchestré par la compagnie française Transe Express, donnera le coup d’envoi de ces festivités, dimanche 10,  sur l’avenue Mohammed V-Place du 16 Novembre. Ce spectacle coïncidera avec la clôture de la deuxième édition du Festival Le Marrakech du rire, partenaire de cette parade nocturne.
Avec le soutien de l’Institut français et l’Organisation internationale de la Francophonie, souffleurs de poèmes, acrobates mandingues ainsi qu’un duo de jonglage et accordéon prendront le relais les jours suivants avec comme mission : animer la cité ocre et égayer, comme il se doit, les Marrackchis.
« Les utopies se poursuivront et s’empareront du pavé avec la planète piscine de la Compagnie Barolosolo ou encore la charrette à bras du Théâtre Momggol tout droit venu de Corée », ajoutent les organisateurs.
« Pour la première fois depuis 6 ans, nous devenons ce que nous avons rêvé. Une équipe transnationale assumée, une plateforme de fabrication et de rencontres pour les artistes et les professionnels, un espace de participation et de découverte pour les publics », se réjouit Khalid Tamer.
Créées en 2007, les Rencontres artistiques internationales en places publiques sont une initiative du Collectif Éclats de Lune qui vise à « diffuser l’art là où on ne l’attend plus, irriguer la création contemporaine marocaine et africaine d’outils et de moyens économiques, la nourrir par une rencontre nouvelle avec les publics, l’enrichir par des rencontres entre les arts traditionnels et le patrimoine matériel », expliquent les membres du collectif. Cette association marocaine de loi 1958 compte dans ses rangs : un musicien compositeur et interprète, un plasticien sculpteur et scénographe, une plasticienne marionnettiste et costumière, une sociologue et un médiateur culturel.
Le Festival Awaln'Art  se tient jusqu’au 17 juin courant.  

ALAIN BOUITHY
Mardi 5 Juin 2012

Lu 565 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs