Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rencontre de la Commission de la culture de l’USFP sur la question de la langue amazighe

Driss Lachguar : Il faut traiter de la question avec le sérieux et l’engagement qui s’imposent





Ahmed Assid : Les grands efforts déployés par Habib El Malki alors qu’il était à la tête du ministère de l’Enseignement sont qualifiés d’âge d’or de l’amazighité



Une rencontre sur « La langue et la culture amazighes entre officialisation et leur mise en œuvre » s’est déroulée jeudi dernier au siège central du parti à Rabat. 
A l’ouverture de cette rencontre, le Premier secrétaire du parti, Driss Lachguar, a tenu à souligner devant l’assistance que le programme de l’USFP concernant les prochaines élections législatives sera une sorte de pacte avec le peuple marocain  portant sur de nombreuses questions importantes voire  vitales pour le  pays.   La langue et la culture amazighes, a-t-il indiqué,  qui sont des questions essentielles et des priorités  pour la gauche, ont un rôle capital à jouer pour la réalisation de la transition démocratique dans le pays.  
Il a saisi cette occasion pour annoncer que  la langue amazighe ne se limite pas  uniquement à son officialisation via la Constitution, mais la problématique réside dans la dimension identitaire du fait de la pluralité des langues et de la diversité culturelle de notre pays avant d’affirmer que «traiter la question amazighe avec le sérieux et l’engagement qui s’imposent est à même de résoudre nombre de problématiques  institutionnelles que connaît le pays ».  
Driss Lachguar a, par ailleurs,  déclaré que la question de l’amazighité a un grand rôle à jouer  pour donner une réelle dimension au projet de la régionalisation avancée  et contribuera  à résoudre de nombreuses problématiques  culturelles, sociales et linguistiques qui font partie des fondements essentiels pour l’instauration d’une véritable démocratie dans le pays.   
A la fin de son intervention, le Premier secrétaire a souligné que pour la préparation de son programme des prochaines élections législatives, l’USFP  s’ouvre  sur toutes les compétences et potentialités académiques et spécialisées de telle sorte que ce programme- pacte  comporte des idées aui répondent aux attentes et aspirations du peuple marocain. 
Pour sa part, Rachida Benmassoud, présidente de la Commission culturelle issue de la Commission nationale des élections, a fait savoir que le débat autour de  la langue et la culture amazighes entre l’officialisation et leur mise en œuvre s’inscrit dans le contexte de l’encadrement identitaire des droits  culturels et politiques, et ce pour plusieurs considérations.
Elle a, par ailleurs, tenu à rappeler que plusieurs acquis ont été réalisés  comme la création de l’Institut Royal de la culture amazighe (IRCAM) et de nouvelles  chaînes de télévision de langue amazighe outre les expériences de la transition  démocratique et de la réconciliation qu’a connues le pays. 
De son côté, l’activiste amazigh et des droits de l’Homme, Ahmed Assid  a tenu, lors de son intervention, à saluer la position politique exprimée par Driss Lachguar dans un entretien accordé à un journal national à propos de la question amazighe,  la considérant en tant que fondement dans toute alliance  avec les autres partis politiques.   
Il a saisi cette opportunité pour annoncer également  que «les grands  efforts déployés par Habib El Malki alors qu’il était à la tête du ministère de l’Enseignement sont qualifiés d’âge d’or de l’amazighité qui a connu  la réalisation de nombreux acquis dans le domaine de l’enseignement de la langue amazighe ».  Il a, par ailleurs, fustigé le retard pris par le gouvernement pour l’officialisation de la langue amazighe, pourtant reconnue par la Constitution. 
Quant à Meryem Damnati, elle a tenu à préciser que  l’enseignement de la langue amazighe  a régressé  sous le  mandat du ministre Mohamed El Ouafa de même que Abdellatif Khchichene a quasiment gelé ce dossier important.
Pour Mohamed Akoudad, cette rencontre  est venue à un point nommé, puisque rien ne semble être entrepris, après cinq ans,  pour faire avancer les choses en vue d’officialiser et de mettre en œuvre la langue amazighe. Tout en exprimant ses craintes quant à la politique du gouvernement et le traitement accordé  à de nombreuses questions brûlantes, il a  mis en garde contre les manœuvres douteuses du parti majoritaire au sein du gouvernement visant le devenir de la langue amazighe.  
Pour sa part, l’acteur associatif amazigh, Houcine Bahcine a fait savoir que  la question de l’amazighité est une affaire politique par excellence et que  le premier obstacle à lever est celui du coût politique et financier  qui revêt une grande importance. 
Tout en indiquant que la question de la langue amazighe est une affaire de tous les Marocains,  il a exprimé son refus d’hypothéquer la question amazighe sous prétexte   de l’absence d’une loi organique  en vue d’officialiser cette langue. 
Prenant la parole,   l’activiste amazigh Ahmed Arahmouch a  révélé que la question de l’amazighité traverse actuellement une phase cruciale et que l’on s’attendra à une lutte acharnée au niveau législatif avant le mois de juillet autour de la loi organique relative à l’officialisation de la langue amazighe.
En dernier lieu, Belaid Boudriss n’a pas manqué de soulever l’importance de la langue  et de la culture amazighes pour l’édification de l’Etat de droit.  
Et pour conclure, Mohammed Baghdadi, l’académicien et ancien responsable au sein de l’Institut Royal de la culture amazighe (IRACM), a présenté un exposé détaillé sur l’enseignement de la langue amazighe. Il a relevé trois périodes à ce sujet : la première allant de 2003 à 2008 que l’intervenant a qualifiée de «phase de réalisation des acquis ». La deuxième de 2008 à 2011 s’est caractérisée par une stagnation, alors que la troisième (2011-2016) constitue une régression en matière d’enseignement de la langue amazighe.
 

L.B.
Mardi 7 Juin 2016

Lu 1065 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs