Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rencontre avec le Franco-marocain Karim Troussi, metteur en scène et pédagogue




“Raconter des histoires qui font rêver et grandir”

Rencontre avec le Franco-marocain Karim Troussi, metteur en scène et pédagogue
Metteur en scène, pédagogue et coach. Il a commencé sa carrière au Maroc avant de partir compléter sa formation en France au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris puis au Centre national du cirque de Chalon. Très vite, il s'est intéressé aux aspects corporels et sensoriels
aussi qu’aux fondamentaux du jeu de l'acteur. Rencontre avec Karim Troussi.

Libé : D'abord pourquoi cet intérêt pour l'art dramatique?

Karim Troussi : C'est plus qu'un intérêt, c'est une nécessité pour vivre. Je dois raconter des histoires qui font rêver et grandir. Le théâtre est un lieu où les émotions et les images rencontrent la pensée et la poésie.
Vous arrivez à l'âge de 21 ans en France où vous rencontrez des personnes comme Ariane Mnouchkine, Peter Brook, Niels Arestrup, Soutigui Kouyaté. Ce sont ces rencontres qui vont forger votre démarche et votre polyvalence.
Quand je suis arrivé du Maroc, j'avais soif d'apprendre. J'ai eu beaucoup de chance de rencontrer de grandes personnes qui m'ont accompagné et m'accompagnent encore dans mon parcours. Elles m'ont transmis un héritage que je fais fructifier. Elles m'ont appris que l'essentiel se trouve dans l'être et le faire.

Votre double culture pèse-t-elle dans le processus créatif?

Elle ne pèse pas, bien au contraire elle me porte dans mon travail et ma recherche. Ma place aujourd'hui est une place de trait d'union. J'ai toujours grandi dans la diversité culturelle. Deux petites anecdotes peuvent illustrer cela : ma mère, à la maison à Meknès, nous cuisinait des recettes qu'elle découvrait dans des revues françaises. Quand je suis arrivé en France grâce à un ami français, je me suis intéressé à Hmadcha et Issawa. Je suis fait de ce croisement et cela rejaillit obligatoirement en moi et dans mon travail.

Karim Troussi met-il en scène pour le public français comme il le fait pour le public marocain ?

Quand je mets en scène un spectacle franco-marocain par exemple «Oedipiades», mon rôle de trait d'union est très important; je dois regarder le spectacle tantôt avec les codes culturels marocains, tantôt avec les codes culturels français et mon travail est de rendre le spectacle homogène. Mais quand ce sont des spectacles pour un seul pays, c'est celui-ci qui m'influence inconsciemment.
Le théâtre peut-il jouer un rôle édifiant dans le processus d'enracinement sans déracinement des Marocains du monde qui s'intègrent sans oublier leur culture d'origine? Vous y pensez ?
En arabe classique pour dire je suis né quelque part on dit «Masquito Rassi» traduction littérale : là où ma tête est tombée. Pour moi, le corps peut aller où il veut mais la tête reste là où elle est tombée. Pour moi, l'intégration se fait, quand on a quelque chose à troquer (savoir-faire, savoir-être et paraître). Et je n'aime pas le mot racine «(la souche est très lourde à déplacer) ; je préfère parler d'ancrage ou de culture nomade basée sur le respect de son environnement physique et spirituel.

Quels sont vos projets au Maroc et en France?

En plus de la tournée d'Oedipiades au Maroc et en France, je prépare un spectacle à partir du roman de Driss Chraïbi « La civilisation ma mère !... » qui aborde avec tendresse et simplicité un grand destin et dresse un magnifique portrait de la femme. L'objectif de cette création est d'amener le théâtre là où il ne va pas habituellement : dans les classes, les foyers, les centres sociaux... pour parler et interagir directement avec le public. Une rencontre insolite autour de problématiques qui touchent chacun de nous à différents niveaux : comment la civilisation permet-elle l'accès à la liberté individuelle? Quelle condition pour la femme moderne, plongée au cœur de cette civilisation? Comment gérer la liberté et la conscience douloureuse qu'elle apporte avec elle?


Repères
Karim Troussi a travaillé avec de nombreux chercheurs : Alexandre Del Pérugia sur la pédagogie, le geste et l'acrobatie, Alfred Tomatis sur l'oreille et la voix et d'autres sur la kinésiologie: le massage... Depuis 15 ans, il développe, en tant que pédagogue, un travail autour de la thématique «Corps, jeux, perception», centrée sur la sensibilité corporelle de l'acteur et son autonomie. Il partage son travail avec les élèves des grandes écoles (il a enseigné 10 ans à la Comédie de Saint- Etienne, 3 ans à l'ENSATT...); mais également avec des artistes qu'il accompagne dans leur parcours professionnel et artistique. Ces dernières années, Il s'est particulièrement investi dans le développement artistique de groupes musicaux (tels que «Babylon Circus», «Hurlement de Leo», «Melk»,  «Fanfarnaüm»...) et la mise en scène de concerts. En tant que metteur en scène de théâtre, il compte aujourd'hui plus d'une vingtaine de mises en scène à son actif. . Il a initié et dirigé plusieurs projets artistiques en France, Allemagne, Togo, Brésil, Chine, Roumanie et Maroc où il a réalisé « Oedipiades » une pièce de Driss Ksikès présentée au Théâtre Bahnini à Rabat.


Propos recueillis par TAOUFIK Boubker
Jeudi 7 Avril 2011

Lu 1190 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs