Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rencontre au Salon du livre : La lecture devrait être placée au centre de l'apprentissage scolaire




La lecture devrait être placée au centre de l'apprentissage scolaire, ont souligné lundi soir des intervenants lors d'une rencontre sur " Lecture et industrie du livre au Maroc ", organisée par la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM) dans le cadre du 17ème Salon international de l'édition et du livre (SIEL).
"Il faut placer la lecture au centre de l'apprentissage, qui ne doit plus être basé sur le "par cœur ", a estimé Mohamed Sghir Janjar de la Fondation Al Saoud, relevant que la faiblesse du lectorat au Maroc, où l'oralité occupe une place importante, est intimement liée aux méthodes pédagogiques suivies dans le système scolaire marocain.
M. Janjar a également indiqué que les efforts déployés par le Maroc au cours des dernières décennies en matière de généralisation de la scolarisation ont coïncidé avec l'arrivée massive de l'image et des médias satellitaires.
"Finalement notre jeunesse est passée de l'oralité (traditionnelle) à l'oralité des médias ", a-t-il affirmé indiquant que, selon des enquêtes sociologiques, il a été recensé dans les foyers davantage de cassettes et autres CD que des livres.
Pour lui, il s'agit aujourd'hui, avec l'avènement des nouvelles technologies, de repenser le système éducatif.
Abondant dans le même sens, Kacem Basfao de l'Université Hassan II de Ain Chock a déploré que des enseignants universitaires continuent encore à dicter leurs cours sans interactivité étudiants-professeur.
" C'est encore plus grave avec Internet, les étudiants se contentant le plus souvent de "copier-coller" sans esprit de synthèse aucun", a poursuivi M. Basfao pour qui les enseignants doivent " passer de la notion d'enseignement à celle d'animation dès les classes du primaire ", car il est question d'éveiller l'esprit critique chez l'apprenant.
Il a également plaidé pour la multiplication des bibliothèques et des lieux de lecture.
Pour ce qui est de l'édition au Maroc, Abdelaati Lahlou de la BNRM s'est félicité que les auteurs marocains vivants à l'étranger reviennent aujourd'hui pour se faire éditer dans leur pays, soulignant les progrès enregistrés par les éditeurs marocains.
M. Lahlou a estimé que "le Maroc peut éditer (des livres) pour l'ensemble de la région en instaurant une véritable industrie dans ce domaine à l'image de celle de l'automobile notamment" et a appelé à une stratégie pour développer la lecture et l'édition. 

MAP
Vendredi 18 Février 2011

Lu 224 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs