Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rencontre à la Villa des Arts : Salé entre mythe et réalité




Rencontre à la Villa des Arts : Salé entre mythe et réalité
«Salé, mythe et réalité». Tel est le thème d’une rencontre qui aura lieu vendredi 26 juin 2009 à la Salle Qantara à la Villa des Arts de Rabat à 18h30. Organisée par la Fondation ONA en collaboration avec la CCLMC, cette rencontre sera présentée par Soraya Sbihi.  Après la rencontre de juin 2008 autour de la ville de Tanger, le choix s’est porté cette année sur une autre ville portuaire de renommée internationale. Plus ancienne que Rabat et toujours soucieuse de ne pas être éclipsée par sa voisine, elle a su préserver son identité propre et continue à refuser d’être le voisin pauvre de la capitale. Salé est l’invitée de ce Café littéraire. Ville célèbre par son histoire, son intense activité maritime et surtout ses «pirates» qui la placèrent au premier rang des cités corsaires. Ces pirates étaient des aventuriers de toutes nationalités, des renégats qui avaient choisi la course salétine par mercantilisme, des Anglais, des Flamands, des Français…Certains acquirent une grande notoriété, c’est le cas d’un certain Morat Raïs (un Hollandais) qui fut Amiral de Salé. Les histoires des pirates salétins ont été une source intarissable pour l’inspiration littéraire. Le terme « pirate » a frappé l’imaginaire des classiques ; il s’est imposé aisément dans la littérature occidentale. Le nom d’un Robinson Crusoé, qui fut capturé et rendu esclave, est désormais lié à jamais à cette ville. Le nom de la ville est très populaire dans les récits d’aventure des XVIIème et XVIIIème siècles. Cette période a également profondément marqué l’esprit populaire des habitants de Salé. La poésie sur les aventures des corsaires, qui appartient au genre Melhoun, était encore récitée au début du XXème siècle. Elle chantait la nostalgie d’une période de gloire révolue. Au XIXème siècle, la ville s’enferme derrière ses remparts et ses célèbres portes. Aujourd’hui, grâce au projet d’aménagement de la vallée de Bouregreg, et le projet du tramway, la ville est obligée de s’ouvrir et de livrer ses secrets et trésors culturels enfouis. La ville regorge de talents et d’artistes de grande valeur. Comme Ahmed Loardiri, Miloud Ben Mokhtar Labied, Ahmed Laghzouli pour ne citer que ceux-là.
Les invités de ce Café littéraire: Laila Maziane (auteur de «Salé et ses corsaires» 1666-172) et Mohamed Bouterbouch (Conservateur de la Khizana Sbihiya) vont livrer quelques secrets et trésors de cette ville fière qui a longtemps inspiré les imaginaires.
Présenté par : Soraya Sbihi
Date : Vendredi 26 juin 2009
Lieu : Salle Qantara, Villa des Arts de Rabat
Heure : 18h30


L
Lundi 4 Mai 2009

Lu 232 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs