Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Renchérissement des prix des viandes jusqu’à l’Aid El Kébir

Aux marchés de gros casablancais, ils s’élèvent à 85 DH/kg pour le mouton, 70 DH/kg pour le veau et 20 DH/kg pour le poulet




Renchérissement des prix des viandes jusqu’à l’Aid El Kébir
Une semaine après la fin du mois sacré de Ramadan, la flambée des prix des viandes rouges continue à faire la loi dans les abattoirs de Casablanca. Elle atteint un nouveau record cette année en dépassant les 85 DH/kg pour la viande ovine et 70 DH/kg pour la viande bovine. Une fièvre qui s’est emparée  également des prix des viandes blanches qui s’arrachent à plus de 20 DH/kg   au marché de gros des volailles de Hay Mohammadi à Casablanca.
« Cette folle ascension devra se poursuivre jusqu’à l’Aid», nous a indiqué Mohamed Eddahbi, coordinateur général de l’Union générale des entreprises et professions (UGEP). Il estime cependant que l’envol des prix n’a rien de surprenant.  « C’est souvent le cas deux mois avant l’Aid El Kébir », nous a-t-il précisé.  
Pour lui, les causes de cette flambée sont diverses. D’abord, le déséquilibre entre l’offre et la demande. « Cette période de l’année qui coïncide avec l’été, enregistre une forte consommation de viandes et, du coup, on se trouve dans une situation où la demande dépasse l’offre », nous a-t-il expliqué. Une situation davantage amplifiée, précise notre source, par la diminution du nombre de têtes de bétail mises en vente sur le marché. « Aujourd’hui, nombreux sont les éleveurs qui préfèrent garder  leur bétail, notamment les moutons, en attendant l’Aid El Kébir pour faire plus de profits», nous a déclaré notre source.
Autre élément expliquant cette augmentation des prix, l’envol  des prix  des aliments pour le bétail. « Le kilogramme de nourriture destinée au bétail coûte cher bien que l’année agricole soit bonne», nous a indiqué Mohamed Eddahbi avant de nous dévoiler un autre facteur qui impacte les prix, à savoir  la contrebande de bétail. «Cette période enregistre un trafic clandestin basé essentiellement sur l’exportation illégale de moutons vers l’Algérie ou la Mauritanie. Ce qui crée  une pénurie et une augmentation vertigineuse des prix ». 
Et qu’en est-il des prix de la viande blanche qui augmentent à tire-d'aile ? La vague de chaleur qui sévit dernièrement dans le pays explique-t-elle cette flambée des prix ? « Absolument pas », nous ont  répondu certains grossistes du marché des volailles de Hay Mohammadi. Selon eux,  la hausse des températures n'a pas occasionné une mortalité notable du poulet de chair à l'instar de ce qui s'est passé durant certaines années écoulées.
Pour eux, il est clair que les prix des viandes blanches connaissent une instabilité à chaque période estivale réputée être redoutable pour les aviculteurs qui refusent de prendre des risques de peur de subir les contrecoups de la mortalité en pareille période.
Mais il n’y a pas que la chaleur qui peut tout expliquer. A en croire nos interlocuteurs,  le diktat des spéculateurs qui dominent le marché et fixent les prix explique en partie ce renchérissement.  D’après nos sources, la fixation des prix du poulet n'obéit plus à la loi de l'offre et de la demande mais à celle de ces spéculateurs qui manipulent le marché à travers le stockage d'œufs et l’augmentation des prix des aliments du bétail, ce qui entraîne soit une forte baisse de l'offre au niveau du marché, soit une hausse de celle-ci.

Hassan Bentaleb
Mardi 20 Août 2013

Lu 704 fois


1.Posté par boumehdi le 20/08/2013 11:04
La spéculation débridée sur les denrées alimentaires ou non doit se faire durement sanctionner par une application stricte des dispositions légales en vigueur qui prévoient des sanctions pécuniaires et pénales.Encore faut-il que les inspecteurs municipaux et préfectoraux verbalisent par des pv en bonne et due forme ou se déplacent à la suite de plaintes des consommateurs.Des numéros verts doivent être affichés à l'entrée de tous les marchés municipaux mais aussi dans le monde rural et l'abattage clandestin combattu de manière régulière et dissuasive.Hier on assistait à la loi de Derb Omar,qui organisait les pénuries artificielles ou procédait à des augmentations de prix injustifiées sur la farine,le sucre et autres denrées comme le thé en toute impunité,serait-on revenus en arrière,c'est à craindre tant le laxisme semble être devenu la marque de fabrique de toutes les administrations qui laissent faire et se remplissent les poches en toute impunité.Personne n'est plus inspecté dans la fonction publique depuis longtemps car les syndicats et les lobbies jouent un rôle parfois hélas néfaste car les réflexes corporatistes dissuadent tout le monde face à une démagogie à courte et suicidaire vue

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs