Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Renard : Je n'ai pas aimé ce match




Renard : Je n'ai pas aimé ce match
S'il se félicite de la qualification de la Côte d'Ivoire pour 
la finale de la CAN-2015, Hervé Renard n'a "pas aimé ce match" contre la RD Congo (3-1) parce que ses joueurs ont été "parfois trop faciles".


La Côte d'Ivoire était-elle trop forte ce soir ?
"Je n'ai pas aimé ce match. On n'a pas tout fait bien, on a été parfois trop faciles, peut-être qu'on n'a parfois pas respecté l'adversaire. Il faut toujours faire attention quand il y a des joueurs comme ceux de la RDC en face, on aurait pu faire la différence avant. On peut être mené 2-1 en première mi-temps; en deuxième mi-temps, avec les espaces, on pouvait marquer un ou deux buts de plus. On est en finale, c'est le plus important. Après cinq matches, les équipes sont parfois fatiguées, le plus important c'est que les Ivoiriens soient dans les rues ce soir pour préparer la finale. On va essayer de ramener la coupe à Abidjan".

Qu'avez-vous pensé du jeu ?
"On savait que le Congo allait très vite en contre, notamment sur ls côtés, avec du jeu long sur Mbokani et Bolasie. C'était difficile de s'adapter à ce style de jeu, peut-être pas ce qui nous convient le mieux. On a tâtonné en première période, on n'était pas dans les duels. J'ai dit à la mi-temps qu'on ne faisait pas un match pour atteindre la finale, on fait un match normal. Le stade n'était pas plein, ce n'était peut-être pas une ambiance de demi-finale, mais le ticket, c'était pour une finale. On n'était pas compétiteur en première mi-temps, on pensait que ça allait être facile à 1-0, puis ils ont égalisé sur penalty, on rentre à la pause à 2-1, c'est bien, c'est généreux. La RDC était peut-être plus fatiguée en deuxième mi-temps, ça s'est joué à quelques détails".

Vous avez désormais l'occasion de remporter une seconde CAN en trois ans (après la Zambie en 2012)...
"Seule la seconde Coupe d'Afrique me satisferait. J'ai la chance d'être entraîneur, d'avoir signé en Côte d'Ivoire où, même s'il y a un travail de reconstruction, on a des joueurs comme Gervinho, Bony, Yaya Touré, qui décroche une frappe que peu de joueurs peuvent faire. Je ne suis pas d'accord avec ceux qui disent qu'il fait un mauvais tournoi. On voit un Yaya Touré qui se sacrifie pour le collectif, il travaille, oriente le jeu. Il emmène ses coéquipiers avec Kolo, qui est déterminant depuis son retour. On n'oublie pas d'où on vient, notamment un soir où on a perdu 4-3 contre le Congo (à domicile en qualifications, ndlr). Il a fallu resserrer les boulons, mais ce n'était pas très difficile parce que ce sont des garçons fantastiques. Ils sont très faciles à manager, j'espère qu'enfin ils réussiront à gagner un titre au niveau international". 

AFP
Vendredi 6 Février 2015

Lu 157 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs