Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Remise des diplômes à 18 cadres africains formés à l’ISEM


10% des diplômés de l'Institut supérieur d'études maritimes sont issus des pays africains



18 cadres subsahariens de la marine originaires de la République du Congo et du Gabon ont reçu récemment leurs diplômes de capitaine 500 UMS, après une formation au sein de l'Institut supérieur d'études maritimes (ISEM) à Casablanca.
La cérémonie de remise des diplômes a eu lieu à l’amphithéâtre de l’ISEM, en présence notamment des responsables de cet Institut fondé en 1978, du corps professoral et de quelques invités et amis des nouveaux lauréats.
Arrivés au Maroc en février dernier, pour une formation destinée à rehausser leurs qualifications maritimes, ces cadres font partie du personnel navigant de la société Bourbon; un acteur international majeur des services maritimes à l'offshore pétrolier.
Soulignons que la formation qui leur a été dispensée vise à former des cadres capables de  planifier et d’effectuer une traversée à proximité du littoral et de déterminer la position du navire, de faire face aux situations d’urgence, de répondre à un signal de détresse en mer, de maintenir la navigabilité du navire, de contrôler le respect de la réglementation et de contribuer à la sécurité du personnel et du navire. Elle vise également à leur offrir des capacités d’assurer le quart à la passerelle en toute sécurité et de prévenir, maîtriser et combattre les incendies à bord d’un navire.
Répartie sur plus de 600 heures, cette formation comprend des volets théoriques et pratiques animés par des spécialistes et praticiens du secteur. Elle englobe également des cours pratiques sur simulateur ainsi que des visites sur des sites en vue de familiariser les lauréats aux nouvelles approches théoriques, technologiques et techniques du métier.
D’après la directrice de l’ISEM, Amane Fathallah environ 3.600 diplômés sont sortis de son  établissement depuis sa création en 1978 et 10% des lauréats viennent des différents pays africains par le biais de la coopération bilatérale. 
« Certains étudiants arrivent dans le cadre de la coopération tripartite, notamment à travers le Japon. C’était le cas l’année dernière avec un groupe d’étudiants djiboutiens qu’on a formé. On a aussi des initiatives personnelles d’étudiants intéressés par ce cursus et qui viennent à titre privé. D’autres viennent à travers des armateurs comme la société Bourbon. C’est le cas des cadres auxquels on vient de remettre des diplômes», a confié à Libé Amane Fathallah.
A propos de la formation des cadres du géant français de services maritimes, la directrice a expliqué que tout est parti d’un premier contrat de formation avec Bourbon Gabon. L’expérience ayant réussi, « la société a diffusé l’information aux autres branches qui nous ont contacté et nous ont envoyé leurs étudiants pour une formation au sein de notre établissement ».
Notons que cette cérémonie a été rehaussée par la présence du Premier conseiller à l’Ambassade du Congo, M. Urbain Otsala, qui a félicité les nouveaux lauréats indiquant que « c’est toujours un grand plaisir d’assister à la remise de diplômes des cadres de son pays et une fierté de savoir qu’ils figurent parmi les meilleurs de ce cycle de formation », a-t-il confié. Avant de remercier l’ISEM et la société Bourbon pour avoir offert cette formation à ses concitoyens et à leurs frères gabonais.
Pour la petite histoire, l’ISEM était jusqu’il y a trois ans dédié uniquement à la formation du personnel navigant. Ce n’est donc qu’à partir de 2013 qu’un nouveau décret est venu réorganiser cet institut et changer ses prérogatives. 
Désormais, l’ISEM est destiné à former le personnel du maritime, du portuaire et de toutes les activités connexes. « On accompagne toutes les stratégies de notre ministère de tutelle, notamment un nouveau cursus qui va ouvrir cette année: la réparation et la maintenance navale. On est en train aussi de développer de nouveaux cursus en énergie renouvelable bleu marine et en droit maritime », a expliqué Amane Fathallah indiquant que l’Institut est en train de diversifier ses axes de travail. 
« Je pense qu’il y a énormément de chantiers aujourd’hui pour que l’ISEM puisse aborder et attaquer, si l’on peu dire, et développer des formations pour accompagner des stratégies nationales et militaires », a-t-elle conclu.
Soulignons que les lauréats ont rejoint depuis ce week-end leurs pays respectifs.
 

Alain Bouithy
Lundi 4 Juillet 2016

Lu 794 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs