Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Religion et politique ou la leçon marocaine




Religion et politique ou la leçon marocaine
Pour les observateurs spécialistes de la mouvance islamique, il s’agit d’une véritable «révolution», «une révolution tranquille» dont les retombées peuvent être de loin plus importantes que celle des pays du Printemps arabe laquelle a dégénéré en violences destructrices, jusque-là, incontrôlables. La modernité, c’est la séparation entre le religieux et le politique.
Le Roi Mohammed VI, l’a compris et vient d’interdire, à compter du 1er juillet 2014, aux imams de faire de la politique et d’appartenir à une instance politique ou syndicale durant toute la période de l’exercice de leurs fonctions dans les mosquées. 
Concrètement, en vertu du Dahir (décret royal) publié à cette fin, les imams sont tenus de n’exprimer aucune position politique et syndicale et d’éviter toute action susceptible de constituer une entrave à la pratique des préceptes de l’islam. L’enjeu d’une telle décision est de taille pour deux raisons majeures. 
La première réside dans le fait que cette décision a été prise au temps d’un gouvernement marocain en exercice issu d’un parti d’obédience islamique, le Parti de la justice et du développement (PJD) qui se dit en plus parti proche des Frères musulmans en Egypte. La seconde consiste en la prise d’une telle décision prise par une monarchie conservatrice stable. Le souhait est qu’elle inspire d’autres monarchies islamiques à faire de même et à mettre fin, ainsi, à leur sous-développement dû en grande partie à cet amalgame entre le religieux et le politique. Déjà, des Parlementaires bahreïnis ont réagi positivement à cette décision et demandé à leur gouvernement de suivre l’exemple marocain.
A ce propos, le poète syrien Adonis, plusieurs fois pressenti pour le prix Nobel de littérature, admet dans son récent recueil d’articles politiques «Printemps arabes. Religion et révolution» que «dans ce qu’on appelle les «révolutions arabes», il manque l’essentiel: la rupture avec l’islam institutionnalisé», avant d’ajouter: «Tant que la rupture ne sera pas établie entre la religion et l’Etat, il n’y aura pas de société arabe libre».
Cette révision suppose l’abandon de ce que les Anglo-saxons appellent l’«apostasisation», c’est-à-dire la tendance fâcheuse à qualifier les autres d’«apostats» et d’«hérétiques» et à prendre conscience que les sociétés ont besoin, aujourd’hui, d’une nouvelle islamisation fondée sur l’innovation, l’interprétation dynamique du message coranique et l’adaptation aux nouvelles exigences de l’époque. Parmi ces nouvelles exigences,  la reconnaissance de l’alternance politique pacifique, du droit à la différence et du pluralisme politique.
Le Maroc a donc adopté une approche tous azimuts pour éradiquer le radicalisme religieux et le Roi Mohammed VI,  a pour objectif  "de préserver l’unité doctrinale de la Oumma, d’harmoniser et préserver le caractère tolérant de l’Islam’, une vraie leçon à la marocaine.
 

Par Rachid Wahib Maghrebinfo
Samedi 12 Juillet 2014

Lu 1367 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs