Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Relâché, il viole une femme : Un récidiviste reprend du service à Essaouira




Essaouira vient de connaître une nouvelle affaire de viol commis par un récidiviste, fraîchement relâché, à l’encontre d’une jeune femme qui a contracté une double fracture de jambe.
Sous l’effet de l’alcool, l’agresseur natif d’Essaouira et  âgé de 29 ans, avait rejoint ses amis au night-club d’un hôtel près de la plage pour y passer le reste de la soirée. Comme  on  lui reprochait d’avoir précédemment semé la pagaille au club, on l’a chassé des lieux. A cinq heures du matin sur le boulevard Lalla Aicha, il rencontre une jeune femme  qui refuse de lui tenir compagnie pour le restant de la nuit. Pris par ses démons, il traîne la victime vers un coin sombre, la tabasse puis la viole, mais sans parvenir à ses fins puisque la jeune femme continue à se débattre en criant et demandant. Quatre agents de sécurité de l’hôtel ont immobilisé l’agresseur et appelé la police.  Arrivés sur place, les éléments de la sécurité nationale ont aussitôt transporté la victime à l’hôpital dans un état critique, tandis que l’agresseur a été arrêté et déféré  devant le juge d’instruction à la Cour d’appel de Safi pour viol avec récidive, agression physique et ivresse.
La victime souffrant d’une incapacité nécessitant un repos de 100 jours selon un certificat médical délivré par les services du CHP Sidi Mohammed Ben Abdellah, a déclaré avoir reçu un coup de téléphone de son amie, l’invitant à passer ensemble un moment au night-club de l’hôtel. Comme elle ne l’a pas trouvée sur place, elle prend deux bières et rentre chez elle en empruntant le boulevard Lalla Aicha où elle a été surprise, agressée et violée par le mis en cause.
Le gérant du night-club, accusé de servir de l’alcool à des Marocains musulmans, a été également déféré devant la Cour d’appel de Safi.
D’après des sources sécuritaires, l’agresseur vient de signer son troisième viol. Il fut le triste héros d’une affaire qui avait défrayé la chronique à Essaouira quelques années auparavant : après avoir emprunté un petit taxi à son ami, il avait pris une cliente qu’il avait séquestrée puis violée dans une forêt proche de la ville. 

Abdelali Khallad
Mardi 1 Décembre 2009

Lu 1568 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs