Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Réitéré par le représentant permanent du Maroc auprès des Nations unies : Soutien à l'adhésion de la Palestine à l'ONU




Le Maroc a réitéré, mercredi à New York, son soutien à la requête de l'Autorité palestinienne pour une adhésion pleine et entière au sein des Nations unies, en appelant à la relance du processus de paix en vue d'une solution qui permettra au peuple palestinien de retrouver son droit légitime à un Etat indépendant avec Al-Qods Acharif pour capitale.
«Le Royaume du Maroc continuera à offrir son soutien à cette requête juste et légitime du peuple palestinien frère, tout plein d'espoir que notre organisation avancera sur la même voie que l'UNESCO», a affirmé le représentant permanent du Maroc auprès de l'ONU, Mohamed Loulichki, lors d'une réunion de l'Assemblée générale de l'ONU consacrée à la question de la Palestine.
Cet engagement a d'ailleurs été exprimé dans un message de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, adressé au président du Comité pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, à l'occasion de la commémoration, mardi au siège de l'ONU, de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien. Dans ce message, a précisé l'ambassadeur, le Souverain a rappelé que le Maroc continue «à tout mettre en œuvre pour atténuer les souffrances du peuple palestinien frère, en lui apportant une assistance humanitaire constante et en mobilisant notre diplomatie pour sensibiliser le monde entier, dans les différentes instances internationales, à cette tragédie qui exige engagement effectif et fermeté dans l'application de la légalité internationale».
Pour M. Loulichki, la requête palestinienne de devenir membre à part entière de l'ONU est «le résultat logique et inévitable du gel du processus de paix», mais aussi le «couronnement d'efforts déployés depuis deux ans pour mettre en place des institutions nationales» qui sont désormais en mesure d'endosser les responsabilités découlant de la création d'un Etat.
Le diplomate a, en outre, déploré le gel des négociations de paix en raison de la poursuite par Israël de sa politique de colonisation illégale et son refus d'adhérer aux propositions internationales en faveur d'une paix durable au Proche-Orient, chose qui a eu pour conséquence de «saper tous les efforts visant à relancer un processus de négociations sérieuses autour d'un statut final basé sur des références claires».
«Le Royaume du Maroc demeure engagé, malgré les circonstances difficiles que traverse le processus de paix, à contribuer à la promotion de toutes les initiatives à même de créer les conditions propices pour le début d'une nouvelle série de négociations sur des bases claires et raisonnables», a-t-il dit, rappelant que le processus de paix «est un choix sans appel devant aboutir à une paix globale et juste, qui garantit les droits légitimes et la sécurité des pays de la région».
Pour M. Loulichki, cet engagement «va de pair avec la position de principe du Royaume et son choix stratégique en faveur d'une paix juste au Proche-Orient, fondée sur l'initiative de paix arabe, les résolutions de légitimité internationale et les termes de référence convenus par le processus de paix».
Après avoir rappelé que S.M le Roi Mohammed VI assure la présidence du Comité Al-Qods, le diplomate a dit que le Maroc réitère sa «ferme condamnation» de l'accélération des pratiques de colonisation dans la ville Sainte, ainsi que toutes les actions qui cherchent à porter atteinte au cachet religieux, civilisationnel et historique d'Al-Qods-et à modifier sa structure démographique.
M. Loulichki a appelé, dans ce contexte, la communauté internationale à intervenir pour amener Israël à reporter, voire à annuler ses projets, en faisant part de la solidarité indéfectible du Royaume envers le peuple palestinien dans sa lutte et sa revendication au sujet des lieux saints.
Revenant sur les conditions de vie dans les territoires palestiniens occupés, notamment dans la bande de Gaza, M. Loulichki a estimé que «la situation catastrophique qui y prévaut nécessite d'exercer des pressions internationales sur Israël pour lever l'embargo imposé sur Gaza et ouvrir tous les passages terrestres afin de permettre la circulation des biens et des personnes conformément aux dispositions du droit humanitaire international et aux résolutions pertinentes de l'ONU».

MAP
Vendredi 2 Décembre 2011

Lu 675 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs