Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Réflexions sur la diversité linguistique au Maroc




Réflexions sur la diversité linguistique au Maroc
Des académiciens et linguistes ont plaidé, lors d'un débat au SIEL, pour la nécessité d'amorcer un débat public sur les mécanismes d'une gestion rationnelle et équilibrée de la diversité linguistique et culturelle.
 Lors de ce débat sur "La diversité linguistique au Maroc", les intervenants ont estimé que les nouvelles dispositions de la Constitution ont donné lieu à une refondation du champ culturel qui devrait être dorénavant appréhendé selon une vision objective et soucieuse d'une égalité linguistique dans la société. Tout en soulignant que la diversité linguistique est une valeur ajoutée, porteuse de richesse et non de tensions, ils ont insisté sur l'absolue nécessité d'intensifier et de mutualiser les efforts de recherches académiques en vue d'accompagner les évolutions socio-fonctionnelles de la langue, vecteur d'identité nationale sur lequel repose le socle des fondamentaux spirituels et civilisationnels de la nation.
Ils ont, à ce propos, plaidé pour une revalorisation des langues arabe et amazighe, tout en s'opposant catégoriquement à toute forme de confinement linguistique ou encore de "stéréotypisation" qui ne peuvent convenir à la société marocaine au vu de sa vitalité et son extraordinaire capacité de changement. 
Et de noter que l'approche constitutionnelle de la diversité linguistique représente une plate-forme idéale pour amorcer un véritable débat académique sur la question, lequel débat devrait s'articuler sur trois approches: d'abord institutionnelle à travers la création d'un conseil national des langues et de la culture marocaine; ensuite, juridique pour encadrer la diversité linguistique et enfin, une approche scientifique tournée vers les réflexions des académiciens, des experts et des acteurs associatifs en vue de parvenir à une forme de consensus autour de la question. 
Un débat linguistique qui devrait aujourd'hui être placé au cœur du processus de développement humain du pays et de la transition démocratique, ont indiqué les intervenants lors de cette table ronde. 

MAP
Jeudi 20 Février 2014

Lu 353 fois


1.Posté par Alaoui le 21/02/2014 07:11
Il ne faut pas oublier qu'il y' a trois systèmes linguistiques au maroc: l'arabe classique, l'arabe courant( darija) et l'amazigh.
La constitution qui reconnait l'amazigh ne reconnait point l'arabe courant . Soulignons que l'amazigh est pratiqué en campagne tandis que l'arabe courant est le système linguistique pratiqué dans les villes et les plaines. C'est injuste
Il faut d'abord amender la constitution sur ce point avant de parler de la diversité linguistique au maroc

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs