Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Reem Kherici auteur d'un film sur une fashonista, "Paris à tout prix"

L'actrice française a choisi le Maroc pour décor après Paris




Reem Kherici auteur d'un film sur une fashonista, "Paris à tout prix"
La comédienne française d'origine italo-tunisienne Reem Kherici est passée pour la première fois derrière la caméra pour signer un film, "Paris à tout prix", sur une "it-girl" de la mode d'origine marocaine qui du jour au lendemain est expulsée de France.
"Mon point de départ c'était de parler de ces immigrés reconduits à la frontière, comme Maya dans le film, qui a tout construit à Paris, s'est battue pendant 20 ans pour s'intégrer et est renvoyée à la case départ", explique-t-elle avant la sortie de son film en France cette semaine.
Si l'histoire n'est pas 100% autobiographique, "le personnage principal me ressemble beaucoup", confie Reem Kherici, née en France il y a 30 ans - "je n'ai pas de problème de papiers" - de mère italienne et de père tunisien.
Les rapports avec le père sont "très difficiles" dans le film, "inexistants" dans la vraie vie, concède-t-elle. D'ailleurs, elle a choisi le Maroc pour décor après Paris, plutôt que la Tunisie.
Son parti pris, "placer le personnage principal dans un milieu luxueux, un peu superficiel pour avoir un plus grand décalage avec le retour de Maya au bled", poursuit la jeune réalisatrice qui a convaincu son "idole" Florence Foresti d'accepter un petit rôle ainsi que son compagnon dans la vie, l'humoriste québécois Stéphane Rousseau, le patron de Maya. "Paris à tout prix" raconte l'histoire de cette jeune styliste, qui lutte pour obtenir un emploi stable dans une maison de couture. Caricature de fille de la mode, son univers bascule à l'occasion d'un banal contrôle de police. Expulsée, elle se retrouve en stilettos et valise griffée dans son village, avec dans la tête une tonne de préjugés.
Le film, à l'écriture maîtrisée, devient une sorte de "Diable s'habille en djellabah", dont la fin ne fait aucun doute.
L'actrice-réalisatrice de "Paris à tout prix" a mis beaucoup d'énergie dans son film, et avant pour y arriver.
"Plus de deux ans passés à écrire un scénario que je connaîs de gauche à droite et de bas en haut", une immersion de plus d'un mois dans une famille marocaine pour plus de vraisemblance - donc "sans 3G, Facebook, les terrasses de café avec les potes" - et de nombreux documentaires sur la mode avalés, là aussi par souci de vérité.

AFP
Mardi 16 Juillet 2013

Lu 713 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs