Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Réduire le nombre d'enfants obèses ou en surpoids

Le rapport final de la Commission sur la fin de l'obésité infantile présenté à l’OMS




«Une volonté politique accrue est nécessaire pour relever le défi mondial du surpoids et de l'obésité», a estimé Sir Peter Gluckman, co-président de la Commission sur la fin de l'obésité infantile qui a rendu son rapport final en début de semaine à l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Dans son analyse de l’évolution et des causes de ce phénomène, la Commission  a d’emblée relevé que de nombreux enfants grandissent aujourd'hui dans des environnements favorisant la prise de poids et l'obésité.
«Alimentée par la mondialisation et l'urbanisation, l'exposition à des environnements malsains augmente dans les pays à revenu élevé, intermédiaire et faible et dans tous les groupes socio-économiques», ont souligné les auteurs du rapport présenté lundi 25 janvier à l'issue d'un processus de deux ans.
Pour répondre aux niveaux alarmants d'obésité et de surpoids chez les enfants à travers le monde, ces derniers proposent dans ce document une série de recommandations destinées aux gouvernements et censées «inverser la tendance à une augmentation du nombre d'enfants âgés de moins de 5 ans en surpoids ou obèses», peut-on lire sur le site Internet des Nations Unies.
Le niveau d’obésité chez les enfants est tel que «l'OMS doit travailler avec les gouvernements pour mettre en œuvre un large éventail de mesures qui traitent les causes de l'obésité et du surpoids», a exhorté Sir Peter Gluckman.
Il faut dire que la situation demeure alarmante en dépit des initiatives prises à ce jour. Selon des données actuelles, au moins 41 millions d'enfants dans ce groupe d'âge sont obèses ou en surpoids, avec la plus forte augmentation enregistrée dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire.
A ce propos, les Nations unies rappellent que la prévalence du surpoids chez les enfants âgés de moins de 5 ans a augmenté entre 1990 et 2014, passant de 4,8% à 6,1%, avec un nombre d'enfants touchés passant de 31 à 41 millions.
En 2014, indiquent-elles, «presque la moitié (48%) de tous les enfants en surpoids et obèses âgés de moins de 5 ans vivaient en Asie et un quart (25%) en Afrique. Le nombre d'enfants en surpoids âgés de moins de 5 ans en Afrique a presque doublé depuis 1990 (de 5,4 à 10,3 millions)».
Comme le rappelle le Dr. Sania Nishtar, co-présidente de ladite Commission, «le surpoids et l'obésité ont un impact sur la qualité de la vie d'un enfant».  Citant les conséquences physiques et psychologiques de ce phénomène, cette dernière ajoute que «nous savons que l'obésité peut aussi avoir un impact sur la réussite scolaire. Outre la probabilité que ces enfants resteront obèses à l'âge adulte, ceci a des conséquences économiques et sanitaires majeures pour eux, leurs familles et la société dans son ensemble».
Il est à préciser que les experts de ladite Commission ont identifié la commercialisation d'aliments et de boissons non alcoolisées malsains «comme un facteur majeur dans l'augmentation du nombre d'enfants étant en surpoids et obèses, en particulier dans le monde en développement».
Sachant qu’un régime sain peut aider à réduire les risques de toute une série d’affections chroniques liées à l’obésité, la société et les gouvernements sont appelés à prendre des mesures urgentes et significatives pour s’attaquer à ce problème.
Il est à rappeler qu’à l’ouverture de ce projet à la consultation des parties prenantes pertinentes, l’OMS avait indiqué que cette Commission est composée de personnalités accomplies et éminentes issues d’une variété de domaines pertinents et qu’elle bénéficiait de l’appui de deux groupes de travail spéciaux, dont l’un sur les données scientifiques et factuelles pour mettre fin à l’obésité de l’enfant (WGSE), et l’autre sur la mise en œuvre, le suivi et la redevabilité pour mettre fin à l’obésité de l’enfant (WGIMA).

Alain Bouithy
Jeudi 28 Janvier 2016

Lu 1507 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs