Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Réduction des risques de catastrophes naturelles

L’IRES plaide pour la mise en place de mécanismes de financement "durables et flexibles"




L'Institut Royal des études stratégiques (IRES) a plaidé, dans un rapport, pour la mise en place de mécanismes de financement "durables et flexibles" pour la réduction des risques de catastrophes naturelles.
Intitulé "Anticipation et gestion des risques d’évènements climatiques extrêmes et de catastrophes naturelles au Maroc", ce rapport souligne l’importance de mettre en place un fonds propre pour la gestion des catastrophes.
Ledit rapport, qui vient d’être publié sur le site électronique de l’IRES, met l’accent sur la nécessité de développer un mécanisme financier pour la gestion des risques de catastrophes, des procédures de comptabilité et d’audit transparentes.
Il appelle aussi à l’intégration dans les stratégies de gestion des risques des instruments de protection sociale, comme les prestations sociales, telles que les microcrédits, qui contribuent à atténuer les répercussions immédiates des catastrophes pour les groupes les plus vulnérables et ainsi empêcher que la scolarisation ou la vente de biens de production ne soient interrompues, ce qui aura un impact positif à moyen et long termes.
L’étude recommande également le développement de la connaissance des risques, des systèmes d’information et de communication, afin d'évaluer systématiquement les aléas, les vulnérabilités et les risques à différentes échelles, nationale, régionale, provinciale et communale, rapporte la MAP.
Ces systèmes d'information permettront d’évaluer les coûts humains, économiques et environnementaux de l’accroissement de la vulnérabilité des populations, ainsi que le coût des mesures d’adaptation préventives et de l’amélioration de la gestion des catastrophes.
Lesdits systèmes devraient renforcer le système national d’alerte précoce et permettre de concevoir des décisions politiques sur des "données fiables" et une analyse coût-bénéfice "appropriée", selon le rapport qui souligne l’importance de développer une plateforme nationale d’information et de partage de données.
L’étude, qui relève la vulnérabilité du Maroc aux aléas climatiques est favorable pour la promotion du transfert des technologies et de la recherche scientifique et de leur mise en œuvre pour la réduction des risques de catastrophes.
Cette étude démontre, à l’aide de chiffres et données scientifiques, les impacts des risques climatiques extrêmes sur l’économie nationale et analyse la structure du système de gestion des catastrophes naturelles.
La vulnérabilité du Maroc aux aléas climatiques est aggravée par de multiples contraintes biophysiques, telles que la désertification, la diminution des ressources hydriques et la dégradation des écosystèmes, réduisant les moyens d’existence de la population et limitant leurs capacités d’adaptation.

Jeudi 26 Mai 2016

Lu 246 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs