Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Recrudescence des affrontements en Centrafrique

5 soldats tchadiens tués dans des combats à Bangui




Recrudescence des affrontements en Centrafrique
Cinq soldats du contingent tchadien de la force africaine en Centrafrique (Misca) ont été tués mercredi dans des affrontements à Bangui, a annoncé jeudi à l'AFP un porte-parole de cette force. "J'ai appris que cinq soldats tchadiens ont été tués", a déclaré Eloi Yao. "Hier (mercredi), la ville était dans la confusion totale, et cette confusion a duré jusqu'à la fin de soirée, nous essayons aujourd'hui de comprendre ce qui s'est passé". Mercredi, des tirs d'origine indéterminée, ponctués de détonations, avaient semé la panique dans les quartiers nord de la capitale puis près de l'aéroport, provoquant la fuite de milliers de personnes. L'origine de ces affrontements, leur bilan humain et les belligérants impliqués restent pour le moment inconnus.
Les violences ont progressivement cessé avec la tombée de la nuit qui a été relativement calme et seulement ponctuée de quelques rafales sporadiques. Jeudi matin, de nombreux militaires français de l'opération Sangaris étaient déployés sur les artères menant à l'aéroport. Des soldats français menaient des opérations de fouille dans des quartiers environnants.
Selon des habitants, interrogés au téléphone par l'AFP, des miliciens "anti-balaka" (milices d'auto-défense chrétiennes) auraient attaqué des soldats du contingent tchadiens dans le quartier Gobongo, non loin de l'aéroport. Des militaires du contingent burundais auraient également été pris à partie. Toujours selon des habitants de différents quartiers, interrogés au téléphone par l'AFP, des éléments de l'ex-rébellion Séléka se seraient joints aux soldats tchadiens pour repousser les miliciens anti-balaka. Ces affirmations n'ont pas été confirmées par la Misca, de source militaire française ou indépendante. D’autre part, une dizaine de véhicules blindés français se sont déployés mercredi après-midi devant l'entrée de l'aéroport de Bangui, et des tirs dans les quartiers voisins provoquaient la fuite de centaines de personnes, rapportent des médias.
Alors que les tirs d'origine indéterminée se sont intensifiés à proximité, les blindés français se sont déployés vers 16H15 locales (15H15 GMT) devant l'entrée de l'aéroport, où sont basés les forces françaises de l'opération Sangaris et africaine de la Misca, selon les mêmes sources.
 Ces tirs d'armes automatiques, notamment de mitrailleuse lourde, ne visent apparemment pas l'aéroport, mais se déroulent à peine à un km, dans les quartiers voisins.
Dans ce secteur, des centaines d'habitants paniqués fuyaient en courant vers le sud, en direction du centre-ville, selon des correspondants de presse.
Après de multiples incidents au cours de la matinée dans plusieurs quartiers nord de Bangui, ces tirs se sont concentrés et intensifiés au fur et à mesure de la journée, progressant du nord vers le sud, et s'approchant à proximité directe de l'aéroport, où sont réfugiés au bord des pistes plusieurs milliers de déplacés.

Libé
Vendredi 27 Décembre 2013

Lu 55 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs