Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Reconstitution du meurtre d'Al Marsa




C'est dans la matinée du dimanche dernier que les éléments de la gendarmerie Royale d'Al Marsa, 25 kilomètres au sud-ouest de Laayoune, ont été avertis par le mqadem au quartier du centre-ville de la présence d'une dépouille dans une chambre. Dirigée par l'adjudant Boutayeb Mohamed, commandant de brigade, une équipe s'est rendue sur les lieux. Une odeur nauséabonde les a accueillis, estimant par là même que le cadavre gisait là depuis au moins 24 heures.
C'est effectivement ce qu'avait confirmé le médecin légiste qui s'était rendu sur les lieux. F.S. était native du douar Hadkourt, dans la province de Sidi Kacem. A 55 ans, elle continuait de s'adonner à la prostitution. C'est dans ce cadre qu'elle allait connaître son meurtrier, B.I., natif d’El Jadida. Habitant à Tarfaya, il vivait d'expédients, de vols à la tire et de petits larcins. Il venait de purger une peine de prison à Inezgane. Il aurait, selon sa déclaration, fait la connaissance de sa victime, quelques jours avant les faits.
Toujours selon l'accusé, il se serait rendu chez sa victime la veille et lui aurait remis une somme d'argent. Mais F.S, ayant empoché l'argent, se serait moquée de lui et l'aurait envoyé paître. Le lendemain, profitant de la retransmission  d'un match de football, moment où la rue est déserte, il s'introduisit chez sa victime et l'étrangla avant de la violer et de la recouvrir d'un drap. Après son forfait, il jeta sur le corps de la victime la photo de l'une des relations de celle-ci qui était posée près du téléviseur, pour que, dit-il, les soupçons soient portés sur cette connaissance. En sortant, il déroba les 300 dirhams que possédait sa victime et emporta son téléphone portable grâce auquel il fut identifié.
En répétait les gestes pour commettre son crime, B.I. semblait s'amuser. Il n’a pas donné l'impression d'avoir le moindre remords; bien au contraire, il était souriant à chaque mouvement qu'il faisait. Ce qui laisse supposer que l'accusé n'était pas à son premier crime et que ces actes étaient une routine pour lui, ou alors il était dérangé mentalement. En reconstituant son crime, il était d'une froideur telle que les nombreux curieux qui avaient envahi la rue Mohammedia, au centre d'Al-Marsa, se demandaient: "Comment celui qui vient d'exécuter un tel crime pouvait paraître aussi serein ?"

AHMADOU EL-Katab
Mercredi 4 Avril 2012

Lu 626 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs