Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Réchauffement climatique : Des perspectives de plus en plus sombres




Réchauffement climatique : Des perspectives de plus en plus sombres
Si rien n’est fait pour l’enrayer, le changement climatique pourrait causer la mort de 100 millions de personnes et coûter l’équivalent de 3,2% du PIB mondial d’ici 2030.
Le PNUE (Programme des Nations unies pour l’Environnement) avait émis cette hypothèse terrifiante courant 2010 : à ce rythme, les océans pourraient ne plus accueillir de poissons d’ici le milieu du siècle (!) Déjà menacés par l’acidification de ces mêmes océans, conséquence directe de l’augmentation constante des émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique, une pollution toujours plus importante et une surpêche globale dont les Etats ont manifestement du mal à appréhender la gravité, les poissons pâtissent aussi, au même titre que de nombreuses espèces marines et terrestres, du réchauffement climatique , lequel les empêche de se développer normalement.
Auteur d’une étude fondée sur l’utilisation de modèles climatiques élaborés par l’University of British Columbia (Canada) publiée fin septembre, le groupe Oceana prophétise quant à lui un déficit considérable de ressources halieutiques et donc une insécurité alimentaire nettement accrue dans de nombreuses régions du monde. « Le Golfe Persique devrait être l’une des zones les plus durement touchées. En termes de prises de poissons, les pêcheurs devraient perdre plus de 50% de leurs pêches », a précisé Matt Huelsenbeck, son principal auteur. Le continent américain, lui, pourrait souffrir d’une réduction de 12 % de ses capacités de pêche à l’horizon 2050. Des prévisions pour le moins inquiétantes, quand on sait que près d’un milliard de personnes dépendent actuellement de la mer pour apporter par le biais des fruits de mer et des poissons la dose de protéines nécessaire à un organisme sain... 

Atlantico.fr
Lundi 29 Octobre 2012

Lu 327 fois


1.Posté par jipebe29 le 30/10/2012 18:01
Le vrai problème est la surpêche. Le faux problème est le réchauffement climatique, car il n'existe plus depuis 16 ans... Les droites de tendance depuis 1997 (Hadcut et RSS) sont à pente nulle.

Quant aux prévisions des modèles numériques qui n'intègrent aucun modèle dynamique d’échange d'air et d'énergie, et qui reposent essentiellement sur l'hypothèse du présumé rôle moteur du CO2 sur T (hypothèse réfutée par l'absence de signature du CO2 en zone tropicale), leur crédibilité est nulle.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs