Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rebonds : Le débat de sourds de Charafat Afilal




Rebonds : Le débat  de sourds de Charafat Afilal
Charafat Afilal a décidément le chic pour jeter des pavés dans la mare. Ainsi, après avoir déclenché, il y a quelque temps, une journée d’étude sous le thème de «La sécurité des barrages», voilà qu’en ce début de mois, la ministre déléguée chargée de l’Eau, s’essaie  à une réflexion autour de la dépollution hydrique. Cependant, hormis des échanges qui se sont révélés stériles, aucune décision n’a été prise. En effet, si Charafat a voulu soulever, à travers ses propos et chiffres exposés en l’occasion, l’acuité du phénomène, la rencontre n’a finalement permis qu’à semer trouble et confusion. Ainsi, il s’est agi, en somme, de dresser un état des lieux d’une situation, déjà connue et reconnue de tous, sans pour autant décliner les moyens pour y remédier. En déclarant que « les activités industrielles au Maroc déversent près d’une centaine de millions de mètres cubes par an à l’intérieur des bassins hydrauliques provoquant, de ce fait, des eaux usées qui véhiculent une charge polluante de près de 300.000 tonnes/an de matières organiques et 300 tonnes/an de métaux lourds dans l’eau », la ministre a, tout compte fait, présenté comme une sorte de panacée à la problématique, le Fonds de dépollution industrielle, lancé en 2008 ...
Tout ceci est bien beau, diront certains, mais non sans craindre, toutefois, que ce soit une langue de bois enjolivée à l’instar des supputations exprimées lors d’une précédente réflexion lors de laquelle  Afilal n’a fait que rappeler le projet de loi sur la sécurité des barrages au Maroc qui devrait voir le jour au courant de cette année, notant dans ce sillage, qu’aucun cadre législatif n’a accompagné la politique des barrages jusqu’à ce jour. Seulement, outre la mise en relief des grandes lignes dudit projet de loi, débattues et soumises aux recommandations des professionnels du secteur, elle a fait, tout de même, savoir qu’«une loi sur la sécurité des barrages est incluse dans l’agenda législatif du gouvernement pour 2012-2016 » et qu'elle sera soumise pour adoption au Parlement cette année. Et de préciser que l’objectif de ce projet est de combler le vide juridique dans ce domaine, alors que le nombre de barrages au Maroc va crescendo. Soit ! Une question fuse néanmoins : 2016, tombant, bel et bien, l’année prochaine, mais qu’a-t-on réalisé concrètement depuis l’investiture du gouvernement Benkirane ? A en juger par les dires de Charafat Afilal herself, rien du tout !

Par Meyssoune Belmaza
Mardi 9 Juin 2015

Lu 1473 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs