Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rebonds : Endettement chronique




Rebonds : Endettement chronique
Récemment, une nouvelle vient de tomber tel un couperet sur la tête des Marocains. Ainsi, le chef du gouvernement continue de souffler sur les braises en faisant des déclarations dénuées de sens et encore moins de chiffres concrets lors de ses sorties burlesques. Benkirane, toujours fidèle à lui-même, en réponse à "la politique du gouvernement pour la réduction de la dette et le rétablissement des équilibres financiers", s’est défilé en tournant autour du pot sans aller  directement à l’essentiel au bout du compte.
En fait, il a osé parler du niveau actuel de notre dette publique qui est, selon lui, loin de la ligne rouge -fixée par le FMI-, et celle du Trésor qui ne devrait pas dépasser les 64 %. Dans tout son speech, il a esquivé les montants de la dette globale (intérieure et extérieure) et a préféré plutôt, évoquer des taux, deçà, delà. 
Quoi qu’il en soit, s’accordent à dire des économistes avertis, nous sommes certes qu’à 6 petits points de cette fameuse ligne rouge de 70% dont parle le FMI, mais rien n’indique in fine, que l’on ne se prenne les pieds dans le tapis de l’enlisement. Sachant qu’on frise des records à ne pas franchir depuis l’investiture de Benkirane. 
En effet, d’aucuns se rappellent aisément qu’en fin 2011, la dette extérieure était de 190 milliards de dirhams. Et si à fin 2012, cette dernière était estimée à 196 MMDH, elle a grimpé en flèche en deux ans, pour atteindre 277,7 MMDH l’année dernière ! Les chiffres sont d’autant alarmants puisque cela démontre que la courbe de notre endettement économique va crescendo. 
Traduction pour les néophytes : cet endettement pèse si lourdement sur le budget de l’Etat, qu’il entrave sur son chemin l’investissement et réduit de façon drastique le budget de secteurs vitaux à l’instar de la santé, l’éducation, la justice, l’emploi…Pavé dans la mare, depuis l’avènement de Benkirane aux commandes, il est tout simplement en train de nous cribler de dettes jusqu’au cou. Pis, il tend, sur les moyen et long termes, à endetter les générations à venir tout en hypothéquant les politiques en devenir…C’est dire que, l’on devra s’attendre à tirer les boulets de Benkirane, qui, soit dit en passant, continue de servir tous azimuts des discours certes mielleux, on le lui concède volontiers, mais creux somme toute ! Vides d’une réelle stratégie à même de nous sortir de l’ornière, vu qu’il n’a jamais vraiment su comment parvenir aux résultats escomptés.

Par Meyssoune Belmaza
Mardi 5 Mai 2015

Lu 439 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs