Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rebonds : Chronique d’un guet-apens annoncé




Les ménages marocains devront déchanter assez tôt. Précisément vers la fin de ce mois d’août. De l’Aid El Kébir qui frappe aux portes, à la rentrée scolaire qui pointe son nez en passant par un Ramadan qui vient juste de prendre congé ainsi que les vacances qu’il a écourtées et tous les frais exorbitants s’y rapportant, les Marocains, qui ont déjà été délestés de leurs sous par les différentes hausses opérées depuis le début de cette année, sont désormais dans la panade.
Et les choses empirent pour ceux qui ont des enfants en âge de scolarité, puisqu’ils devront composer prochainement avec une période importante de dépenses où les articles d’habillement, les chaussures et les fournitures scolaires occupent une place prépondérante, sans oublier bien évidemment les besoins de première nécessité. Malheureusement, les prix de ces produits ne cessent de croître au fil des années alors que les salaires ne bougent quasiment pas d’un iota en comparaison avec le  niveau de vie.
Ce qui est avéré est que la majeure partie des revenus dits « primaires » des ménages est constituée de la rémunération des salariés. Laquelle comprend les salaires et les cotisations sociales. Ainsi, tandis que les pouvoirs publics procèdent à des ponctions à la source, une contribution obligatoire des Marocains, le salaire se retrouve dès lors par trop réduit en peau de chagrin. Il se voit également diminuer suite à la contraction d’un crédit immobilier ou au règlement d’un loyer. Ensuite, s’amoncellent les factures à payer rubis sur l’ongle, dont l’eau et l’électricité, le téléphone et l’Internet, l’épicier du coin, etc.
Ce n’est donc pas la joie qui prédomine dans le plus beau pays du monde, mais par contre, il faut impérativement tenter de restituer, un tant soit peu, sa dignité au Marocain.
Et comme dit le proverbe, chat échaudé craint l’eau froide, les Marocains sont sommés de se rendre aux urnes pour « ne pas se laisser prendre sans vert », comme le dit si bien cette expression aussi rétrograde que le PJD. Ils ne devraient nullement les boycotter et tomber comme par le passé dans un guet-apens à la Benkirane!

Par Meyssoune Belmaza
Mercredi 19 Août 2015

Lu 184 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs