Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Real et Atletico en demi-finales, le Bayern en vain




Tout Madrid est au rendez-vous des demi-finales de la Ligue des champions ! Le Real est venu à bout du Bayern en prolongation (4-2) grâce à un triplé de Ronaldo, qui a atteint puis dépassé la barre des 100 buts en C1, tandis que l'Atletico a été solide à Leicester (1-1) en quart de finale retour.
Les Merengue deviennent ainsi le premier club à rejoindre pour la 7e fois d'affilée le dernier carré de la plus prestigieuse des Coupes d'Europe.
La partie, intense, s'est dénouée après la pause, marquée en tribunes par quelques nouveaux incidents sporadiques entre supporters allemands et policiers espagnols.
Robert Lewandowski a décanté la rencontre sur penalty (53); malheureusement pour Carlo Ancelotti, les Madrilènes ont pu égaliser grâce à Ronaldo (76). Mais l'habituel sauveur Sergio Ramos, poussé à la faute par le buteur polonais, a marqué contre son camp dans la foulée (78), envoyant les deux formations en prolongation. L'expulsion dans la foulée de Vidal (84) a cependant porté un coup au moral des Allemands.
Un triplé de "CR7", qui avait déjà frappé deux fois en Allemagne et compte désormais 101 buts en C1, a permis aux tenants du titre d'éviter le drame: d'une puissante volée du gauche (105), puis en reprenant une offrande de Marcelo (109), la star portugaise a encore brillé, avant que Marco Asensio n'enfonce le clou (4-2, 112).
Même si le 2e but de Ronaldo, inscrit en position de hors-jeu, risque de faire jaser.
A Leicester, l'ouverture du score dès la 26e minute de Niguez a rendu très difficile la tâche des "Foxes", battus à l'aller en Espagne (1-0). L'égalisation de Jamie Vardy (61) n'y aura rien fait: les "Colchoneros" de Diego Simeone se qualifient pour les demies pour la 3e fois en quatre ans.  Le conte de fées est terminé: Leicester a donc été éliminé de la Ligue des champions mardi soir par l'Atletico Madrid, un adversaire bien trop fort et expérimenté qui se dirige vers sa troisième demi-finale de C1 en quatre ans. Il restait pourtant encore de l'espoir après le match aller, perdu 1 à 0 au stade Vicente-Calderon. Et le public du King Power Stadium y croyait vraiment après 25 minutes de jeu à l'avantage de ses agressifs "Foxes". Jusqu'à la maligne tête de Saul Niguez.
L'histoire aurait été belle pour Leicester, huit ans jour pour jour après avoir obtenu la promotion en deuxième division grâce à une victoire 2-0 sur Southend United.

Cristiano Ronaldo,
centenaire
de légende

Dans un match d'anthologie, le Portugais a expédié mardi le Real Madrid en demi-finale de Ligue des champions aux dépens d'un Bayern Munich réduit à dix (4-2 a.p.), réussissant un triplé pour atteindre l'incroyable total de 101 buts en C1.
Au bout de la nuit, Ronaldo a libéré le stade Santiago-Bernabeu en égalisant par deux fois (76e, 104e), même si son deuxième but est entaché d'un hors-jeu, symbole d'un arbitrage controversé. Et le quadruple Ballon d'or a scellé la qualification du champion d'Europe en titre d'un troisième but (109e) qui a fait chavirer le public merengue. Marco Asensio a ensuite clos le score (112e).
Incroyable scénario pour le Real de Zinédine Zidane, vainqueur 2-1 à l'aller en Allemagne, déjà sur un doublé de Ronaldo. D'abord assommés par des buts de Robert Lewandowski sur penalty (53e) et Sergio Ramos contre son camp (77e), les Madrilènes ont été poussés en prolongation par le Bayern décomplexé de Carlo Ancelotti, ex-entraîneur du Real.
Mais l'exclusion d'Arturo Vidal pour un second carton jaune contestable (84e) a fini par déséquilibrer ce combat de titans. Puis Ronaldo est entré dans la légende du Real et du football mondial, devenant le premier joueur à dépasser les 100 buts en C1 (101, dont un en tour préliminaire).
A 32 ans, on critiquait ses statistiques en déclin. Cristiano Ronaldo est toujours là. Au panthéon des buteurs.

Ils ont dit

Zinédine Zidane (entraîneur du Real Madrid)
"Je crois que c'est le match le plus difficile depuis que je suis sur le banc du Real. Je pense qu'on a joué contre l'une des meilleures équipes au monde. Elle nous a mis en difficultés. Ils ont super bien joué, mais à l'arrivée, on ne s'est pas énervés. On a eu des moments où on a eu la possession de balles, où on a eu des occasions pour marquer, mais on ne l'a pas fait. Dans ces cas-là, vous n'êtes jamais à l'abri de faire une erreur. Cela les a remis dans le match. Je pense que sur l'ensemble du match, on a été très costauds et c'est bien de se qualifier.   

Carlo Ancelotti : "Je sais que dans le football ça peut arriver, mais pas une série d'erreurs comme ça", a-t-il dit, d'un ton très posé comme à son habitude: Le 2e et le 3e buts (de Madrid) sont clairement hors-jeu. Quand Vidal reçoit son deuxième avertissement, il touche la balle."
"Nous n'étions pas loin de la demi-finale, mais nous avons été pénalisés par des décisions de l'arbitre", a-t-il ajouté.

Craig Shakespeare (entraîneur de Leicester) : "Je suis déçu de sortir, mais je suis fier de la performance ce soir. Je crois que nous avons joué contre une immense équipe de l'Atletico. Mais le sentiment qui domine, c'est quand même la déception. (Sur le changement tactique). Je ne pensais pas mettre ça en place si tôt dans le match, mais nous avions besoin d'apporter du danger dans leur surface. L'attitude des joueurs a été superbe. Nous avons marqué un but, mais nous n'avons pas réussi à faire le break. Nous savions à quoi nous attendre. L'Atletico est une grande équipe. On ne se qualifie pas pour deux finales en trois ans par hasard. J'espère que les joueurs vont vouloir encore plus de Ligue des champions. J'espère maintenant que nous pourrons nous remettre à gagner en Premier League".

Diego Simeone (entraîneur de l'Atletico) : "Je suis ému et fier de la performance de mon équipe. J'ai plein d'espoirs dans cette compétition. Quelle performance de Leicester ce soir! Ils ont été fantastiques et nous ont poussés tout au long du match. Mon désir est de faire de l'Atletico une équipe compétitive, difficile à jouer. Et je crois que l'on peut dire que nous avons atteint cet objectif-là. (...) Nous n'avons pas su tuer le match en première période. Mais je crois que nous avons joué de la façon dont il fallait jouer ce soir. Nous avons répondu de la bonne façon. (...) D'un point de vue football, nous sommes compétitifs avec les grands d'Europe". 

Jeudi 20 Avril 2017

Lu 455 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs