Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ravalomonana démissionne au terme d’un bras de fer de près de deux mois : L’armée porte Rajoelina au pouvoir




Ravalomonana démissionne au terme d’un bras de fer de près de deux mois : L’armée porte Rajoelina au pouvoir

Au terme d’un bras de fer de près de deux mois avec l’opposition, Ravalomonana a remis mardi ses pouvoirs à l’armée, qui a ensuite investi Rajoelina, chef de l’opposition et maire de la capitale. Une investiture à laquelle le Conseil constitutionnel de Madagascar a donné son aval hier. On ignore où se trouve l’ancien président, qui a quitté sa résidence officielle des faubourgs d’Antananarivo.
Rajoelina avait mis en place depuis plusieurs jours un gouvernement parallèle.
Le week-end dernier, l’armée, traditionnellement neutre dans les conflits politiques de l’île, avait basculé dans son camp.
Depuis le début de la crise, plus de 135 personnes ont trouvé la mort dans les affrontements.
L’industrie touristique, qui rapporte chaque année 390 millions de dollars, a souffert et les investisseurs étrangers, dans les mines et le pétrole, ne cachaient pas leur inquiétude de voir l’instabilité politique se prolonger.
Rajoelina a pris possession des locaux présidentiels dans la capitale et son entourage l’a présenté comme le leader d’une “autorité de transition”. “Vous pouvez m’appeler président”, a-t-il dit mardi soir à la chaîne de télévision française LCI.
Les ministères devaient rouvrir hier dans la capitale, et les barrages être levés dans le centre-ville.
Le nouvel homme fort de Madagascar a promis de rédiger une nouvelle constitution pour aboutir à la “IVème République” et d’organiser des élections d’ici deux ans.
Aux termes de la constitution malgache, c’est le président de la chambre haute du parlement qui aurait dû assumer la transition après la démission du chef de l’Etat et organiser des élections dans les deux mois.
Mais les circonstances font de Rajoelina le président de facto de la Grande Île - normalement le chef de l’Etat doit avoir au moins 40 ans, Rajoelina en a seulement 34.
L’Union africaine (UA) avait exigé que la constitution soit “scrupuleusement” respectée mais le fait que l’armée ait remis le pouvoir à l’opposition pourrait atténuer ses critiques.
Le président sud-africain Kgalema Motlanthei, qui dirige la Communauté pour le développement de l’Afrique australe (SADC), a toutefois critiqué une initiative contraire à la constitution.
“L’Afrique du Sud et la SADC n’approuveront jamais, dans aucun de ses Etats membres, un transfert de pouvoir anticonstitutionnel aux dépens d’un gouvernement démocratiquement élu”, a-t-il dit.
Selon son porte-parole, Ravalomanana, qui il y a quelques jours encore assurait qu’il ne démissionnerait “jamais”, a renoncé au pouvoir dans l’intérêt de l’ancienne colonie française.
“Il s’est comporté en homme d’Etat”, a ajouté le porte-parole au sujet de l’ancien homme d’affaires de 59 ans surnommé “le roi du yaourt”.
Rajoelina, ancien disc-jockey, présente Ravalomanana comme un “dictateur” qui a géré le pays comme sa propriété privée et réclame son arrestation.
L’ironie est cruelle pour le président déchu. Cet autodidacte qui a fait fortune dans l’agroalimentaire  s’était lui-même emparé du pouvoir en 2002, grâce au soutien déterminant de la population, à l’issue d’une épreuve de force de six mois de avec son prédécesseur, Didier Ratsiraka. Pourtant réélu démocratiquement en 2006, l’homme d’affaires, qui confondait ses intérêts personnels avec ceux du pays, a déçu, avant d’excéder une frange de plus en plus importante de la population par son incapacité à sortir le pays d’une pauvreté endémique.
Andry Rajoelina a su surfer sur ce mécontentement grandissant. Mais certains observateurs s’inquiètent de la répétition de l’histoire à Madagascar. 

AFP, AP, Reuters
Jeudi 19 Mars 2009

Lu 256 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs