Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rapatrier les capitaux illicites pour initier un développement rapide de l’Afrique




Rapatrier les capitaux illicites pour initier un développement rapide de l’Afrique
Les transactions financières illégales (IFT) du continent africain demeurent un obstacle au développement. Certains de ces capitaux sont empesés dans des comptes bancaires à l’étranger avec la complicité de fonctionnaires corrompus du gouvernement des Etats africains. Selon la Fondation Mo Ibrahim, dans une publication de 2013 : de 1980 à 2009, l’Afrique était un créancier net au monde, avec une perte de capitaux à hauteur d’environ 1,4 milliards de dollars. L’Afrique centrale, l’Afrique du Nord et l’Afrique de l’Ouest ont connu une fuite annuelle de 30,4 millions de dollars durant la période de 2000 à 2009. Il est essentiel de regarder le top 5 des Etats d’Afrique avec le plus grand IFT par habitant. Il est également important d’examiner en termes de volume, le top 5 des Etats africains avec le plus grand IFT cumulé au cours de la période de 2000 à 2009. En pourcentage du produit intérieur brut (PIB), il est aussi important d’examiner les cinq Etats avec le plus grand IFT cumulatif 1980-2009, avant de suggérer comment les IFT peuvent être freinées pour rendre le continent plus développé en 2014.
L’indice d’Intégrité Financière Globale en 2013 de la Banque africaine de développement (BAD) indique que les cinq principaux Etats africains avec le plus grand IFT par habitant sont le Botswana, la Guinée équatoriale, le Gabon, la Libye et les Seychelles. En termes de volume, le top 5 Etats africains avec le plus grand IFT cumulé au cours de la période 2000-2009 étaient l’Algérie, l’Egypte, la Libye, le Nigeria et l’Afrique du Sud. En pourcentage du PIB le top 5 des pays avec le plus grand IFT cumulatif 1980-2009 étaient le Tchad, le Congo, Djibouti, la Guinée équatoriale et les Seychelles. Dans la plupart de ces Etats, en particulier les pays riches en ressources naturelles, le secteur des ressources naturelles se trouve être la principale source des IFT. L’exploration de pétrole et de gaz ainsi que les industries minières et forestières en Afrique sont touchées par les IFT. Dans les Etats africains pauvres en ressources naturelles, IFT émane généralement de la mauvaise évaluation du commerce par les entreprises de toutes tailles. La corruption dans le secteur des marchés publics reste aussi un facteur qui alimente l’IFT. Ces pratiques frauduleuses comprennent des activités graves de blanchiment d’argent. Les administrations centrales des Etats africains sont généralement au courant de ces transactions illicites, surtout que les plus hauts fonctionnaires du gouvernement sont impliqués dans ces malversations. Ceux qui sont les plus touchés par l’IFT sont les masses de pauvres d’Afrique qui n’ont pas un mot à dire dans ces opérations. La majorité des pauvres africains se trouvent obligés d’en payer le prix en subissant un lourd fardeau fiscal.
Il est donc essentiel qu’en 2014, la communauté internationale, les gouvernements nationaux en Afrique et à l’étranger, le secteur privé à l’intérieur du pays et dans la diaspora, les universités et les groupes de réflexion, prennent le taureau par les cornes et changent le statu quo. Repenser soigneusement, à travers une stratégie, la façon dont les fonds portés disparus dans des comptes bancaires à l’étranger, particulièrement les comptes suisses, peuvent être rapatriés vers l’Afrique peut être une première étape à franchir.  Les suggestions de politiques pour mettre fin aux IFT peuvent également inclure des accords pour éviter la double imposition (DTAA) et d’autres pour les échanges automatiques de renseignements fiscaux (AEI). L’Afrique a besoin aussi d‘une réforme complète de ses services de douane et des initiatives sérieuses de lutte contre le blanchiment d’argent. Il est également important que la corruption soit freinée dans la gestion des marchés publics. Les activités des multinationales impliquées dans l’exploration de pétrole et de gaz ainsi que dans les secteurs des mines et de la foresterie en Afrique doivent être encouragées, mais pas au détriment des Africains ignorants et pauvres. Il est donc essentiel pour les gouvernements centraux de s’assurer que ces multinationales ne sont pas impliquées dans le blanchiment d’argent et des IFT. Outre les suggestions mentionnées ci-dessus, la décentralisation administrative et financière efficace des ressources financières et humaines dans les Etats africains est également pertinente pour freiner les IFT. Si les gouvernements africains prennent certaines de ces suggestions en considération alors freiner les IFT peut devenir une réalité sur le continent.
 
* Analyste pour 
africanliberty.org 

Par Chofor Che *
Mardi 4 Février 2014

Lu 1623 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs