Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ramid s’entête à vouloir réduire les magistrats au silence

Mohammed El Hayni : Le ministre de la Justice et des Libertés veut museler tout opposant à ses projets




«C’est un message clair du ministre de la Justice et des Libertés aux magistrats: soit vous avalez vos langues, soit vous allez être punis ». C’est le commentaire fait par le juge Mohammed El Hayni, membre du Club des magistrats du Maroc après l’annonce de la décision de Mustapha Ramid de le déférer devant le Conseil  supérieur de la magistrature.
Selon El Hayni, des parlementaires de la majorité auraient déposé, il y a des mois, une plainte contre lui. «Quand je me suis enquis de cette plainte et des noms de ces parlementaires, l’inspecteur général du ministère de la Justice a refusé de m’en fournir une copie», a-t-il précisé.
Il n’y a pas de doute, pour ce magistrat, la nouvelle décision du ministre de la Justice et des Libertés reflète « la volonté de celui-ci de museler les magistrats qui se sont opposés aux deux projets de loi organiques relatifs au pouvoir judiciaire élaborés par son département ». Le premier projet de loi, rappelle-t-on, est relatif au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, alors que le second concerne le statut  de la magistrature. « Ce sont des projets qui ne garantissent pas l’indépendance du pouvoir judiciaire et des magistrats. Ce sont des projets régressifs », a-t-il précisé.
« C’est un procès politique fondé sur des mensonges, a-t-il poursuivi. Son objectif est de nous réduire au silence. Mais la répression ne nous fera pas changer d’avis. Nous continuerons notre combat et notre critique de ces projets de loi organiques». Mohammed El Hayni a également précisé qu’en agissant de la sorte, le ministre enfreint la Constitution, et notamment son article 111 qui dispose que les magistrats jouissent de la liberté d’expression.
La poursuite diligentée contre lui, a-t-il reconnu, sera partiale tant que le Conseil supérieur de la magistrature sera présidé par le ministre de la Justice et des Libertés. «C’est aberrant que le ministre soit juge et partie en même temps », a-t-il martelé dans une déclaration à Libé.
Il convient de rappeler qu’une magistrate du tribunal de première instance de Sidi Kacem, à savoir Amal Hammami, sera également poursuivie devant ledit conseil pour avoir proféré des « menaces » contre des parlementaires dans un post publié sur Facebook.
A noter que le président du Club des magistrats du Maroc, Abdellatif Chentouf, a annoncé que l’instance dirigeante du Club se réunira aujourd’hui jeudi à son siège à Rabat pour délibérer des décisions prises à l’encontre des deux magistrats par le ministre de la Justice et des Libertés.

T. Mourad
Jeudi 3 Décembre 2015

Lu 841 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs