Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ramadanienne de Mohamed Bakrim : Télévision du Ramadan: quoi de neuf ?




Ramadanienne de Mohamed Bakrim : Télévision du Ramadan: quoi de neuf ?
Le débat sur la télévision s’offre une saison de choix à l’occasion de la programmation conçue pour le mois de Ramadan. Mais c’est un débat biaisé, à l’image de tout. Autant sont rares les textes qui partent d’une véritable conception de la télévision qui inscrit la démarche critique dans une perspective d’ensemble, autant il y a une inflation d’écrits qui sont un véritable bruit, nourri d’un côté par des calculs occultes (règlements de compte, haine, jalousie...), et de l’autre par une véritable ignorance des élémentaires de la critique télévisuelle.. C’est ce qui donne cette impression, triste, que chaque Ramadan nous assistons pratiquement aux mêmes diatribes. Alors que par ailleurs la télévision bouge et les produits proposés au public évoluent.
Je me permets d’emblée de préciser que la télévision, en tant qu’expression spécifique, est un produit difficilement critiquable : on ne critique pas un meuble ! Ce n’est pas de la littérature encore moins du cinéma. La télévision c’est d’abord un flux, en parler nécessite d’opérer des coupes, ce qui casse sa logique de fonctionnement. Situation rendue encore plus insolite par la multiplication de l’offre télévisuelle, par la multiplication des chaînes. L’acte critique change alors de nature, il passe désormais par un outil formidable, la télécommande. L’arme de la critique devient, chez le téléspectateur lambda, la critique par l’arme du zapping.
C’est une expérience largement vérifiable ; par exemple pour la publicité qui  déferle sur nos écrans à l’occasion du mois de Ramadan, elle en a eu à ce propos pour son arrogance : dès le premier spot on cherche ailleurs un écran plus clément. Les téléspectateurs, en zappant, se défendent face à cette agression à domicile. Mais le gros des interventions se fait sur le rire à la télévision proposé pendant le Ramadan; il y a alors deux aspects de la problématique. L'un s'inscrit dans une démarche stratégique qui trahit davantage un malaise à l'égard du media lui-même et l'autre aspect auquel j'adhère vise  à atténuer ce rejet par le recours à une approche à la fois comparative et microtextuelle, c’est-à-dire inhérente au produit dans sa fabrication.
Je dirai alors que ce que nous avons vu durant cette première semaine ramadanienne et ce que nous continuons de voir n’est pas plus bête que ce que distillent à longueur de journées les grandes chaînes de télévision internationales : le comique de TF1 est aussi insipide, fade, idiot que celui du prime time de notre cher pôle public. La bêtise en matière cathodique n'a pas de frontière; elle  n’est pas une exclusivité marocaine. Ceci dit, il est important d’aborder ces produits aussi comme expression de l’imaginaire d’une époque ; comme expression des tendances profondes qui ne trouvent leur traduction par exemple que dans la fiction, lieu des représentations par excellence ; et à ce niveau, on apprend des choses. D’abord sur la langue. Il est indéniable que le grand changement, la grande nouveauté résident dans la réconciliation de la télévision avec le parler des Marocains, celui de tous les jours.
C’est peu, et c’est tellement évident, mais c’est original dans notre paysage culturel marqué par une véritable aliénation linguistique. C’est désormais un acquis à partir duquel on peut bâtir. Le reste, c’est une question de production et de persévérance; dans ce reste, ce Ramadan 2009 a apporté des acquis essentiels que nous résumons à deux niveaux. Si un changement s'opère, il est dans l'émergence de nouvelles générations de comédiens et de comédiennes.  Ce sont eux qui prennent en charge la médiation sociale du discours télévisuel ramadanien. Ils paient de leur corps entier dans des sacrifices énormes et variés le peu de moyens ici, le manque de créativité là…Ils sont la figure positive de ce mouvement d'ensemble qui se dessine dans toute la mouvance artistique.
L'autre changement qui a marqué la production audiovisuelle de ce Ramadan est l'effort réel au niveau de la forme. De jeunes réalisateurs ont marqué de leurs empreintes "modernes" plusieurs émissions et programmes. Je peux alors citer deux exemples qui illustrent ces deux acquis (prestation de comédiens et de comédiennes plus une évolution de la mise en image) Dar Alwarath sur Aloula et Cool center sur la 2.

Mohamed Bakrim
Lundi 31 Août 2009

Lu 751 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs