Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Raids aériens turcs contre l’EI en Syrie et le PKK en Irak











Dans un coup de filet inédit, la police procède à quelque 600 arrestations dans les rangs jihadistes



La Turquie a intensifié samedi son offensive contre le groupe Etat islamique (EI) et les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui ont dénoncé une "agression" et remis en cause le cessez-le-feu en vigueur depuis 2013 avec Ankara.
Dans la matinée, les chasseurs-bombardiers de l'armée de l'air turque ont à nouveau décollé de leur base de Diyarbakir (sud-est) pour continuer de bombarder des positions jihadistes dans le nord du territoire syrien.
Après une première série de raids dans la nuit de vendredi à samedi, les F-16 turcs ont également repris la direction du nord de l'Irak pour attaquer les bases arrière du PKK dans les monts Kandil.
Les frappes contre les jihadistes marquent un tournant dans la politique syrienne du régime islamo-conservateur turc, longtemps accusé par ses alliés de fermer les yeux sur les activités des organisations radicales en guerre contre le régime de Damas.
Celles qui ont visé les rebelles kurdes, les plus importantes déclenchées contre eux depuis quatre ans, risquent de faire voler en éclats les négociations engagées en 2012 par Recep Tayyip Erdogan, l'actuel président turc, pour mettre un terme à une rébellion qui a fait 40.000 morts depuis 1984.
Le PKK a décrété en 2013 un fragile cessez-le-feu, mais les discussions avec le gouvernement n'ont pas abouti.  Le gouvernement turc a ordonné ces frappes après une série d'attaques contre ses forces de sécurité attribuées ces derniers jours à des militants proches du PKK.
Ce mouvement séparatiste kurde a ainsi revendiqué mercredi l'assassinat de deux policiers dans la ville de Ceylanpinar (sud-est), à la frontière avec la Syrie. Il l'a présenté comme une riposte à l'attentat suicide de Suruç (sud), attribué à l'EI, qui a fait 32 morts et une centaine de blessés parmi des militants de la cause kurde.
La communauté kurde de Turquie accuse le gouvernement de soutenir les jihadistes, ce qu'Ankara a toujours fermement démenti.
De son côté, le principal parti kurde de Turquie a mis en cause la stratégie de la tension suivie par M. Erdogan. 
Pour la deuxième journée consécutive, la police antiterroriste turque a procédé samedi matin à des dizaines d'arrestations de militants supposés du groupe EI et du PKK dans plusieurs villes, dont Istanbul et Ankara, a rapporté la presse turque.
Ce coup de filet, inédit en Turquie dans les rangs jihadistes, a impliqué plusieurs milliers de policiers dans tout le pays. Selon le bilan fourni samedi matin par le Premier ministre, pas moins de 590 personnes ont été placées en garde à vue.
Depuis lundi, la tension est vive dans de nombreuses villes de Turquie, où les manifestations dénonçant la politique syrienne du président Erdogan sont quasiment toutes réprimées par la police.
A Ankara, 300 personnes ont été dispersées samedi par des canons à eau, a constaté un journaliste de l'AFP. Et à Istanbul, des affrontements ont opposé forces de l'ordre et manifestants dans le district de Gazi après les obsèques d'une militante d'extrême gauche tuée la veille par la police, selon l'agence Dogan. 
Autre signe de son virage stratégique, la Turquie a confirmé avoir autorisé les Etats-Unis, et d'autres pays de la coalition antijihadiste qu'ils dirigent, à procéder à des raids aériens en Syrie ou en Irak à partir de plusieurs de ses bases, dont celle d'Incirlik (sud).
La Turquie était jusque-là restée l'arme au pied face à l'EI. Elle a refusé d'intervenir militairement en appui des milices kurdes de Syrie, de crainte de voir se constituer une région autonome qui lui serait hostile dans le nord de ce pays.

Libé
Lundi 27 Juillet 2015

Lu 490 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs