Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Radi lors de la rencontre nationale du secteur des avocats ittihadis : “Une Constitution démocratique doit être conditionnée par des réformes politiques”




Intervenant lors de la rencontre organisée par le secteur des avocats ittihadis au siège du parti sous le thème «Place de la réforme du système judiciaire dans les réformes constitutionnelles», Abdelouahed Radi a précisé que les réformes politiques et constitutionnelles ont toujours fait partie de l’agenda de l’USFP depuis sa création. Pour le Premier secrétaire de l’USFP, le parti de la Rose a toujours été au-devant de la scène dans ce domaine en prenant plusieurs initiatives et à maintes occasions. Ajoutant que la dernière initiative en date a été celle présentée au Souverain le 8 mai 2009.
Dans son allocution, Radi a indiqué que l’élaboration d’une Constitution qui répond aux critères de la séparation et de l’équilibre des pouvoirs reste insuffisante si elle n’est pas accompagnée de profondes réformes politiques concernant les institutions élues qui sont censées être crédibles, légitimes et représentatives de la volonté populaire.
Il a, par ailleurs, souligné que l’USFP a organisé des journées d’étude concernant les réformes politiques, économiques, sociales ainsi que l’examen de l’arsenal juridique électoral et la loi sur les partis afin d’élaborer une vision globale qui  propulserait le Maroc au niveau international et universel atteint par l’humanité et pour que notre pays adhère au club des Etats démocratiques.
Abdeouahed Radi qui était accompagné par des membres du Bureau politique a exposé ensuite devant les avocats ittihadis les points essentiels du mémorandum du parti sur les réformes constitutionnelles, présenté à la Commission pour la révision de la Constitution. Le Premier secrétaire de l’USFP a, par la suite, présenté les différents détails des propositions des socialistes concernant l’institution Royale, les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire et leur équilibre. Il a insisté sur l’importance de l’indépendance de la Justice et son intégrité. Il a explicité également la proposition du parti au sujet du Conseil supérieur de la magistrature, ses prérogatives, sa constitution, ses membres, leur nombre et les conditions, les moyens et les mécanismes de son exercice afin de garantir une indépendance de la Justice.
Plusieurs autres interventions s’ensuivirent lors de cette rencontre qui rentre dans le cadre du dialogue interne entamé avec les différents secteurs du parti au sujet des réformes. Ainsi Jalal Tahar, coordinateur du secteur des avocats ittihadis, a pris la parole pour expliquer que les réformes qui se préparent sont l’œuvre d’un processus de développement de la société et non la conséquence d’un quelconque événement particulier. La rencontre a été couronnée par deux exposés sur les réformes. Le premier par Maître Mohamed Karam sous le thème «Place du système judiciaire dans la réforme constitutionnelle» et le second par Maître Abdelaziz Anouidi sur «Le pouvoir de l’argent et des instructions et l’indépendance de la Justice».

K.M
Mardi 10 Mai 2011

Lu 234 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs