Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rachida Khalil et le patron d’EDF visés par la justice française

Henri Proglio soupçonné de trafic d’influence en faveur de l’humoriste franco-marocaine




Rachida Khalil et le patron d’EDF  visés par la justice française
L’humoriste franco-marocaine Rachida Khalil et son époux Henri Proglio seraient-ils dans de mauvais draps ? C’est ce que laisse penser l’enquête préliminaire du parquet de Paris ouverte contre le couple pour trafic d’influence. La justice française soupçonne le couple, qui a convolé en justes noces il y a un an, de trafic d’influence sur des fonds versés par des partenaires et organismes satellites d’EDF pour « sponsoriser » les spectacles de la comédienne. 
Khalil, dont le salaire mensuel s’élève à 1.800 euros, aurait perçu en un an 1,8 million d'euros, dont environ 100.000 euros en liquide. Une somme astronomique pour des revenus modestes qui a suscité la curiosité des enquêteurs. D’autant plus que la comédienne aurait perçu ces fonds via un « étonnant  circuit d’argent». Il est à rappeler que cette affaire a commencé l’année dernière lorsque plusieurs banques ont signalé au service spécialisé dans la lutte contre le blanchiment d’étranges mouvements sur le compte de la comédienne. Selon lemonde.fr, «certaines de ces rentrées d'argent laissent les enquêteurs perplexes, tel ce chèque de 20.000 euros signé d'Atlantis Consulting, un prestataire d'EDF» en 2013. L’humoriste aurait encaissé cette même année un chèque de 5.000 euros. C’est donc pour y voir clair sur les sommes d'argent perçues par la comédienne et les mouvements d’argent suspects observés sur ses comptes, qu’un dossier relatif à cette affaire a été confié à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales. Malgré ces accusations, Henri Proglio, dont le mandat à la tête d’EDF prend fin en novembre prochain, clame haut et fort qu’il n’a jamais été question de trafic d’influence, dénonçant une « manipulation ».  Le patron d’EDF est formel : il n'a jamais fait pression de quelle que nature que ce soit pour que l'entreprise, dont il a la responsabilité, ou les prestataires et la Fondation EDF  sponsorisent les spectacles de son épouse. 

Alain Bouithy
Mercredi 11 Juin 2014

Lu 945 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs