Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rabat et Madrid mis à l’index : La FIDH s’inquiète du sort des travailleuses marocaines à Huelva




La situation des saisonnières  marocaines  dans les plantations de fraises à Huelva en Espagne n’a rien de réjouissant. La FIDH s’inquiète des conditions de travail et de  vie de ces femmes recrutées selon des critères discriminatoires et qui, pour la majorité, ne  parlent pas du tout espagnol, et se trouvent totalement dépendantes de leur employeur sans qui  elles ne pourront pas retourner pour une autre saison en Espagne
Publié jeudi dernier à Paris, le rapport de la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), sur les conditions de  travail  dans  les plantations de  fraises à Huelva, a indiqué que ces immigrées se retrouvent face à  « un cadre juridique peu protecteur  dans lequel les jours non travaillés ne sont pas payés, et la représentation syndicale de ces travailleurs est presque impossible ».
Ainsi, le rapport a enregistré que  la Convention collective du secteur agricole de Huelva ne  garantit pas un salaire minimum par jour ni une rémunération minimale pendant  la durée du contrat. « Les jours non travaillés ne sont pas payés mais ne peuvent pas non plus  être indemnisés par l’assurance-chômage étant donné que le droit à l’assurance-chômage n’est  garanti qu’au bout de 270 jours de travail », a précisé le rapport.
Selon le document du FIDH, certains exploitants paient même ces travailleuses selon les quantités récoltées et non sur la base du temps de travail. Ce qui engage les travailleurs,  hommes et femmes de toutes les nationalités, dans une compétition pour remplir le plus grand  nombre de caisses de fraises et pour travailler le plus grand nombre de jours possibles, en  espérant ainsi conserver leur emploi malgré les conditions de travail très difficiles dans la cueillette de la fraise.Les abus concernant le revenu minimal sont aussi constatés au niveau des heures supplémentaires. Selon les rédacteurs du rapport, la majorité des personnes rencontrées se sont accordées sur le fait que les heures supplémentaires (au-delà de 6h30 par jour pour la collecte) lorsqu’elles sont rémunérées ne le sont jamais au tarif  défini par la convention collective (première heure : 10,08 euros/h un jour normal, 11,52 euros/les  dimanches et fêtes, heures suivantes : 12,96/h).
Les cotisations sociales et droits à la sécurité sociale sont aussi épinglés. La FIDH a précisé que les fraudes à la sécurité sociale seraient nombreuses.
En effet, les travailleuses marocaines ne bénéficient pas en pratique des droits à une indemnité chômage (à partir de 270 jours de cotisation) ni des droits en termes de retraite ou de maternité, alors qu’elles cotisent à la même hauteur que les travailleurs présents sur le sol espagnol.
Ces saisonnières doivent en effet payer 60 euros par mois pour l’assurance vieillesse et chômage alors  même que le système est pensé pour qu’elles ne puissent jamais en bénéficier.
Les conditions de logement  sont aussi mises à l’index. Selon la FIDH, ces conditions varient énormément d’une exploitation à l’autre (baraques  de chantiers ou constructions en dur plus ou moins anciennes), les questions  principales étant celles de la promiscuité (4 à 6 personnes par chambre en général, regroupées  selon le sexe et l’origine) et de l’éloignement des centres urbains.
Certains patrons offrent des conditions d’hébergement en dessous de toutes normes. Il s’agit  généralement de baraques en préfabriqué éloignées de plusieurs dizaines de kilomètres des  zones urbaines et où le minimum en matière d’hygiène n’est pas respecté. On voit aussi de plus  en plus les entreprises utiliser des baraquements  de chantier en tôle.
En conclusion, la FIDH estime que les conditions de travail et de  vie des femmes marocaines restent très précaires. Les femmes recrutées au Maroc proviennent majoritairement des zones rurales et sont particulièrement vulnérables par  rapport aux autres travailleurs.

Hassan Bentaleb
Samedi 28 Janvier 2012

Lu 606 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs