Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quinze morts dans une série d'attentats sur une base irakienne


Des soldats britanniques ayant combattu en Irak pourraient être poursuivis pour homicide



Une série d'attentats suicide a fait au moins 15 morts et 22 blessés dimanche dans les rangs des forces irakiennes à Camp Speicher, une ancienne base américaine de Tikrit, au nord de Bagdad, a-t-on appris de sources proches des services de sécurité.
 Une voiture piégée dans laquelle se trouvaient deux assaillants a d'abord explosé à l'entrée du camp et trois autres kamikazes ont mis leurs explosifs à feu dans l'enceinte de la base, où sont formés les policiers irakiens, a-t-on précisé.
 L'attaque a été revendiquée sur Internet par les djihadistes de l'Etat islamique, qui disent s'en être pris aux "formateurs de l'armée des mécréants", terme qu'ils utilisent pour désigner les chiites.
 Lors de son offensive éclair de juin 2014, l'EI a massacré 1.700 militaires irakiens à Camp Speicher, devenu le symbole de la cruauté du mouvement à l'égard des chiites.
 Les forces gouvernementales, qui promettaient depuis des mois de faire la preuve de leurs capacités à repousser les djihadistes, leur ont repris la semaine dernière le centre de Ramadi, chef lieu de la province d'Anbar, et les attentats suicide se multiplient depuis.
 Selon le ministère de la Défense, 22 kamikazes ont participé à deux attaques qui ont échoué récemment dans cette province à dominante sunnite qui s'étend de l'ouest de Bagdad à la frontière syrienne. Au total, les attentats et la riposte ont fait 42 morts dans les rangs de l'EI, ajoute-t-il.
Par ailleurs, des soldats britanniques ayant combattu lors de la guerre en Irak pourraient être poursuivis pour homicide, a déclaré samedi Mark Warwick, patron de l'organe chargé d'enquêter sur ces allégations, l'Iraq Historic Allegations Team (IHAT).
 "Nous enquêtons sur des allégations graves dans le cadre de l'IHAT, dont des allégations d'homicide, pour lesquelles je pense qu'il y a des preuves significatives à soumettre à l'autorité en charge de poursuivre et d'inculper" des militaires (SPA), a indiqué M. Warwick dans une interview au quotidien The Independent.
 "Nous devrons discuter avec la SPA pour voir si (ces cas) peuvent être qualifiés de crimes de guerre", a ajouté cet ancien inspecteur de police.
 Selon le dernier rapport trimestriel de l'IHAT publié en novembre, cet organe gère des affaires concernant 1.514 victimes (dont 280 victimes d'homicide illégal), soit dix fois plus que lorsqu'il a été lancé en 2010.
 L'un des cas les plus emblématiques est celui de Baha Moussa, réceptionniste d'hôtel décédé en 2003 à Bassorah (sud de l'Irak) après avoir subi "une série épouvantable de violences gratuites sérieuses" par des membres du Premier Bataillon du Queen's Lancashire Regiment (1QLR), selon une enquête publique britannique publiée en 2011.
 Les travaux de l'IHAT auraient dû terminer en 2016 mais le nombre de cas fait que cela pourrait prendre jusqu'en 2019, année où les financements accordés à cet organe expirent.
 "Au cours des 12 à 18 prochains mois, nous allons passer en revue toute la charge de travail (...) afin de voir si 2019 est réaliste", a indiqué M. Warwick.
"Le rythme incroyablement lent avec lequel l'IHAT enquête sur des allégations de crimes commis par des soldats britanniques contre des civils irakiens est tout à fait inacceptable", a regretté auprès de The Independent Carla Ferstman, directrice de l'organisation de défense des droits de l'Homme Redress.
 Environ 120.000 soldats britanniques ont servi en Irak pendant le conflit. Les troupes de combat se sont retirées en juillet 2009, et l'armée britannique en mai 2011, après huit ans de présence dans le pays.

Lundi 4 Janvier 2016

Lu 167 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs