Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Qui va défendre le bilan de l’Exécutif d’Abbas Al Fassi ? : Une majorité gouvernementale dans tous ses états




Qui va défendre le bilan de l’Exécutif d’Abbas Al Fassi ? : Une  majorité gouvernementale dans tous ses états
Et c’est reparti pour un tour ! A l’approche des élections législatives anticipées, les partis politiques fourbissent leurs armes. La préparation des lois électorales a été laborieuse et si le ministère de l’Intérieur a pu arracher un consensus de dernière minute sur les questions des jeunes et du seuil électoral, les débats parlementaires pour l’adoption des lois organiques relatives à la Chambre des députés et aux partis promettent, eux, d’être bien houleux.
Avant même le déclenchement de la campagne électorale, la majorité gouvernementale donne l’impression de n’être plus que l’ombre d’elle-même.
Réuni mardi en bureau politique, le PPS de Nabil Benabdallah tire la sonnette d’alarme. Dans un communiqué transmis à la très officielle agence Maghreb Arabe Presse, cette formation politique appartenant à la majorité n’a pas hésité  à exprimer son étonnement face à « la position ambiguë de deux composantes de la majorité qui se comportent tantôt comme membres de la majorité tantôt comme un allié d’une coalition de quatre partis ». L’allusion est claire. Les anciens communistes visent le Rassemblement national des indépendants et le Mouvement populaire, partis de la majorité, et leur alliance avec le Parti Authenticité et Modernité et l’Union constitutionnelle qui, eux, sont sur les bancs de l’opposition. Le PPS va encore plus loin en mettant en garde contre « les implications de telles pratiques qui renvoient une image négative de l’action partisane et portent à sa crédibilité ». « L’image se brouille davantage lorsque l’on sait que Mezouar et Laenser, des leaders de la majorité, font front commun avec le PAM et l’UC pour la préparation des lois électorales. La logique politique voudrait que les partis de la majorité s’entendent au sujet de toutes ces lois relatives aux élections communes. C’est une question de cohérence ! », s’exclame ce dirigeant politique de gauche.
Au même moment ou presque, le  porte-parole du gouvernement, Khalid Naciri, lui-même appartenant au PPS, rassurait sur la bonne santé de la majorité. Au sortir du Conseil de gouvernement de mercredi, il affirmait, main sur le cœur,  que « la majorité gouvernementale est toujours opérationnelle ». Et quid de ces deux partis de la majorité qui proposent des amendements communs avec deux formations politiques de l’opposition ? Khalid Naciri minimise et parle de questions d’intérêt secondaire qui ne touchent pas à la cohésion de la majorité gouvernementale  « Les composantes de la majorité et au premier chef les cinq partis  qui la composent  s’en tiennent toujours à la charte éthique et aux engagements du gouvernement », a déclaré celui qui est également ministre de la Communication dans son traditionnel point de presse du mercredi.
La veille, en direct du plateau de « Hiwar », l’émission de débat politique que diffuse « Al Oula », le ministre et membre du comité exécutif du RNI, Anas Birou, a martelé que sa famille politique faisait  non seulement partie de la majorité mais qu’elle faisait aussi et surtout preuve de « discipline ».
Depuis les rangs de l’opposition, on promène un regard désabusé sur cette étrange ambiance politique où la majorité n’en est plus vraiment une. « Les déclarations de bonnes intentions se multiplient mais dans les faits rien n’est plus faux. La majorité gouvernementale est sur le point de voler en éclat. Avec l’approche du scrutin, chacun fera cavalier seul, défendant ses propres intérêts sur le terrain électoral. Tout cela ne fait pas très sérieux. On se demande aujourd’hui qui va défendre le bilan du gouvernement d’Abbas Al Fassi. Il ne faut surtout pas perdre de vue que ce sont les cinq partis composant la majorité qui doivent l’assumer. C’est une question d’éthique politique ! », soutient ce député du PJD.
Les choses vont se préciser davantage à l’occasion de la session extraordinaire du Parlement dédiée à l’examen et l’adoption des lois électorales. Positions et clivages se clarifieront. « L’on verra alors si les frontières entre majorité et opposition sont réellement étanches », conclut ce député de la majorité.

Narjis Rerhaye
Vendredi 9 Septembre 2011

Lu 155 fois


1.Posté par YOUSSEF Kherbibi CIN 63031y Prov:Kelaa Sraghna le 09/09/2011 16:59
Toujours a la meme epoque . la meme musique: On parle beaucoup ,on promet beaucoup mais une fois au poste de commandement les choses changent completement: En verite nous avons besoin d une etude tres detaillee des realisations de chacun de nos partis politiques:
Connaitre sa fortune avant les elections ensuite la revoir apres cette operation. Cest tres import
ant pour l avenir de notre pays. Les MRE ont enormement e xperiences sur ce sujet et pourront rendre de precieux services au Maroc. Notre Roi a besoin de gens serieux-honnetes nouveaux
ne cherchant que l interet general du pays- Regardez SVP ma propre situation
ne a Fez 14/10/69-Celibataire a ce jour fautes de moyens et unposte stable:Licencie...... depuis la session mois de mai 1992.Vivant a kelaa sraghna 162 Imlil dune partie de la pension de mon pere ex.delegue j et sports. Merci de votre aide

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs