Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Questions difficiles en entretien, comment y répondre ?




Questions difficiles en entretien, comment y répondre ?
Si le recruteur a recours à des questions difficiles au cours de l’entretien d’embauche, c’est pour savoir si vous avez compris ses attentes et s’il a plus intérêt à miser sur vous que sur un autre candidat. Pour ne pas saboter votre prestation, voici quelques exemples de questions difficiles et des pistes pour y répondre.
Pourquoi y a-t-il un trou dans votre CV?
Si le recruteur a constaté un trou dans votre carrière, c’est que vous avez eu l’honnêteté de le mentionner dans votre CV et de ne pas manipuler les dates : un bon point pour vous. Au moment de l’expliquer, continuez à jouer la carte de la transparence. Période de chômage, congé parental, année sabbatique sont autant de points que vous pouvez évoquer en entretien qui est avant tout un lieu d’échanges. « Le candidat doit simplement expliquer son parcours avec les transitions qu’il comporte et justifier ses choix », explique Sébastien Canard, co-fondateur du cabinet Open Sourcing. Et pour mettre toutes les chances de votre côté, soyez positif sur vos périodes d’inactivité professionnelle en montrant que vous êtes davantage motivé à reprendre le travail après un congé parental ou encore les bénéfices que vous avez tirés de votre voyage d’un an autour du monde.
Variante : Comment avez-vous occupé votre période de chômage ?
Pourquoi voulez-vous quitter votre employeur actuel ?
Vous êtes en poste mais cherchez activement à en changer car cela se passe mal. Dans ce contexte, mieux vaut éviter de vous étaler sur les raisons qui vous poussent à aller voir ailleurs : un responsable tyrannique, une mauvaise organisation interne dans l‘entreprise, une mauvaise entente avec vos collègues, le manque de responsabilités ou encore l’absence de perspectives d’évolution... Si vous jugez, ou pire, blâmez votre employeur actuel, vous risquez de donner une mauvaise image de vous. Sébastien Canard suggère de « se reporter sur le projet professionnel proposé par le recruteur en expliquant en quoi il intéresse le candidat. » L’occasion, par exemple, de dire que vous êtes motivé par les responsabilités offertes par le poste que vous visez.
Variantes : Pourquoi avez-vous quitté votre ancien employeur ? Avez-vous déjà été licencié ? Avez-vous déjà démissionné? Pouvez-vous décrire les circonstances ?
Où vous voyez-vous dans 5 ans ?

Tout est une question de mesure. Montrer votre ambition sans donner l’impression que vous avez les dents qui rayent le parquet est primordial. À l’inverse, montrer que vous n’avez pas de perspectives peut être vu comme un manque d’intérêt pour votre carrière et par conséquent pour le poste et l’entreprise. Optez donc pour un comportement rationnel : si vous sortez de vos études et que vous postulez pour un emploi d’assistant commercial, ne dites pas que vous voulez devenir directeur commercial dans 5 ans, surtout si votre interlocuteur est justement directeur commercial ! Cela peut être votre objectif d’atteindre ce poste mais il est plus judicieux de l’imaginer sur une période plus longue.
Variante : Quels sont vos perspectives de carrière à court terme ? À long terme ?
Quelles sont vos prétentions salariales?

« Voici une question qui demeure trop taboue en France, alors que d’un travail découle naturellement un salaire », déclare Sébastien Canard. Le risque en répondant hâtivement à cette question ou en ne vous étant pas renseigné au préalable : vous survendre ou vous sous-évaluer. Si le salaire ne figurait pas dans l’offre ou que vous avez postulé spontanément, référez-vous à celui que vous percevez actuellement, consultez d’autres offres similaires ou recherchez des études sur les salaires moyens pratiqués pour ce type d’emploi.
Enfin, « la rémunération ne s’arrête pas à un salaire annuel, d’autres éléments sont à prendre en considération comme les avantages sociaux offerts par l’entreprise mais aussi la distance entre le domicile et le travail », conseille Sébastien Canard. Et si la question n’est pas évoquée par votre interlocuteur, n’hésitez pas à l’aborder vous-même, le plus tôt possible.
Variante : Quel était votre niveau de rémunération dans votre poste précédent?
Qu’avez-vous compris du poste ?

Cette question permet au recruteur de savoir si vous vous êtes réellement intéressé au poste. Pour ne pas vous laisser prendre au dépourvu, un minimum de préparation est requis.
Avant de vous rendre en entretien, reprenez l’annonce ou la fiche descriptive, analysez les points clefs afin d’en saisir les enjeux. Ce qui suppose que vous devez également vous informer sur l’entreprise, son secteur d’activité et son positionnement sur le marché.
Fin des courses : vous devez montrer que vous avez compris les attentes du recruteur et en quoi votre profil correspond à ce qu’il recherche.

Libé
Samedi 13 Juillet 2013

Lu 194 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs