Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quelle est la vérité de ce qui se dit à propos du revirement du Groupe socialiste sur ses accords avec les autres formations politiques : Bataille pour les sièges ou luttes intestines ?




Comme la semaine précédente, cette semaine a été celle de la commission de l’Intérieur puisqu’elle a été consacrée à un large et profond débat sur les contenus de la loi organique de la Chambre des représentants et sur les grands enjeux  politiques relatifs à ladite loi. Et ce pendant des dizaines d’heures caractérisées, tour à tour, par des affrontements et des pressions exercées par des Organisations féminines, de l’intérieur et de l’extérieur de la Coupole, qui ont défendu devant les groupes parlementaires leur quota de représentativité féminine, à savoir le tiers en prévision de la parité. En revanche, quelques écrits timides ont manifesté les positions de la jeunesse.
Le plus intéressant dans cette discussion, c’est ce qui a été dit à propos du revirement du Groupe socialiste sur ses accords avec les partis de la majorité en coordination avec l’Intérieur. Pire, certaines parties ont avancé que la position du Groupe socialiste serait celle de son président, Ahmed Zaidi, qui refuse toute représentativité de la jeunesse dans une liste nationale. A preuve, selon certains écrits, des membres du Bureau politique de l’USFP ont réconforté les jeunes mécontents qui ont soulevé la question sous prétexte que leur doléance ne favoriserait pas leurs ambitions.
Interrogé sur le retour de son groupe sur ses accords et sur la légitimité d’un tel acte, Ahmed Zaidi a été surpris par les commentaires réservés à la position ferme de son Groupe, qui n’est d’ailleurs que celle du parti. Il s’est même référé au communiqué du Bureau politique qui précise les réponses de l’USFP sur la copie du projet de l’Intérieur pour en extraire un point important : «L’USFP tient à la liste réservée aux femmes et invite tous les partenaires à trouver un consensus quant à la participation large et effective de la jeunesse garantissant aux jeunes et aux cadres l’accès au Parlement». «Le Groupe socialiste a présenté des propositions pratiques soutenant, dans ce sens, la position du parti formulée clairement par écrit comme l’a affirmé le Premier secrétaire du parti que vous pouvez interroger», surenchérit Zaidi qui n’a pas caché sa consternation vis-à-vis des propos de certaines parties contre l’action du «Groupe socialiste en la matière qui n’a fait que travailler pour concrétiser la position officielle du parti. Je défie  quiconque pourrait prouver le contraire». D’après Zaidi, le Premier secrétaire du parti a été clair dans ce sens lors de la dernière réunion entre les partenaires politiques et le gouvernement, représenté par l’Intérieur. Ainsi, le Premier secrétaire a fait part des réserves de l’USFP sur l’accord entre les différentes parties. Zaidi en a cité quelques-unes à savoir : le découpage électoral ; le seuil à l’échelle nationale et locale ; la liste mixte et l’incompatibilité. «Ainsi, poursuit le président du Groupe socialiste à la Chambre des représentants, notre position dans cette affaire est claire et émane des décisions du Bureau politique».    
Par ailleurs, Zaidi a tenu à préciser : «Ça m’a étonné le fait que quelques-uns, je dis bien quelques jeunes, n’aient fourni aucun effort à chercher la vérité et ceux qui défendent effectivement leur cause. Surtout que leur Groupe lutte avec acharnement pour ouvrir à leur catégorie, hommes et femmes, les voies d’accès à toutes les instances. Ce qui leur permettrait une participation démocratique garantissant leur dignité et non pas la formule proposée que nous considérons comme une sorte de rente politique. Une formule que nous n’acceptons pas pour notre jeunesse, symbole de militantisme, de la participation prometteuse et de soutien du principe d’égalité des chances comme l’un des piliers de la démocratie moderne».
Concernant la liste nationale des femmes, nous avons déclaré, au sein du Groupe socialiste, que l’actuelle liste des femmes qui opte pour «une approche genre dans sa légitimité» est appelée à disparaître. En revanche, les partis politiques sont sommés de fournir davantage d’efforts pour garantir un taux raisonnable aux femmes et à la jeunesse en tant que têtes de listes locales. Et ce, afin de rompre avec ces mesures à l’horizon d’un projet sociétal démocratique sain», clame-t-il.
Et d’ajouter que «nombre de jeunes Ittihadis ont pris contact avec le Groupe pour lui exprimer leur soutien dont il sera comptable, même si ses réserves ne seraient pas adoptées. Ces jeunes considèrent que la démarche de participation, telle que mentionnée dans le projet, ne fera qu’accentuer les différends au sein des partis et disperser les rangs des jeunesses partisanes à l’intérieur des partis démocratiques.            

Libé
Lundi 26 Septembre 2011

Lu 207 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs