Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quatorzième édition du Salon international des livres et des arts : Tanger règle ces pendules à l’heure de l’environnement




La quatorzième édition du Salon international des livres et des arts qui s’ouvrira le 14 avril prochain à Tanger, a décidé cette année de faire la part belle aux préoccupations environnementales. A l’heure où tout le Royaume se mobilise derrière la bannière du développement durable et de la Charte pour l’environnement, le Salon aura cette année comme thème principal « Dire le monde, ses hommes, ses terres, ses mers ». La création artistique est depuis longtemps un vecteur essentiel pour « penser le monde » et cette édition marquera ainsi la consécration des considérations environnementales.
Organisé conjointement par l’Institut français de Tanger Tétouan et par l’ATRAC (Association Tanger région action culturelle), l’évènement se déroulera au Palais des Institutions italiennes jusqu’au 18 avril en présence de nombreuses personnalités du monde littéraire et artistique.
Rita El Khayat, Hubert Reeves, Fouad Laraoui, Mohamed Dakki, José Garçon sont attendus à Tanger, parmi la cinquantaine de personnalités qui feront également le déplacement.
Les nombreuses manifestations artistiques qui auront lieu pendant le salon (expositions, chorégraphies, concerts, projections cinématographiques) auront toutes comme mission de réfléchir sur notre monde afin de le préserver. L’objectif affiché est d’en appeler à une prise de conscience de la nécessité d’actions immédiates pour l’avenir de nos enfants. Quoi de mieux pour y parvenir que la littérature et les arts ?? Au programme des conférences se côtoieront ainsi débats polémiques tels que galement des débats plus littéraires à l’instar de celui intitulé « Le roman noir de la planète ». Côté cinéma, le Salon sera marqué par la projection de « Home » de Yann Arthus-Bertrand, ou du « Syndrome du Titanic » de Nicolas Hulot et Jean- Albert Lièvre, deux films dont la visée est d’insister sur la nécessité d’une action politique mondiale et immédiate pour préserver notre planète.
Au-delà des considérations strictement environnementales, le but est d’inviter nos citoyens à s’enrichir en participant à de nombreux évènements culturels. La connaissance, en effet, n’est-elle pas le meilleur moyen de promouvoir le respect de tous ?

SOFIA ALIAMET
Vendredi 12 Mars 2010

Lu 555 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs