Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quand vous vous faites un ami, il prend la place d’un autre dans votre cerveau




Quand vous vous faites un ami, il prend la place d’un autre dans votre cerveau
Vous ne pouvez avoir qu’un nombre limité d’amis proches, et quand vous vous en faites un nouveau, vous vous séparez d’un ancien, révèle une étude menée conjointement par des chercheurs des universités d’Oxford et Chester en Grande-Bretagne et Aalto en Finlande, publiée sur Pnas, le site de l’Académie des Sciences américaine.
Le Medical Daily explique que, pour cette expérience, 30 jeunes gens scolarisés en dernière année de lycée et sur le point d’entrer à l’université ou dans le monde du travail ont été recrutés. Les chercheurs leur ont demandé de lister leurs relations et d’évaluer le niveau d’intimité partagé avec eux sur une échelle de un à dix, dix étant la proximité maximale avec cette personne, ceci au premier jour de l’étude puis aux neuvième et dix-huitième et dernier mois de l’enquête (six participants ont quitté le programme entre-temps). En compensation, chaque participant a reçu un crédit téléphonique de 500 minutes et SMS illimités.
Ces relations, explique l’étude, forment un schéma d’interactions appelé signature sociale, qui est particulièrement robuste. En analysant les données enregistrées par les téléphones et en les croisant avec les réponses aux questionnaires, comme le détaille le Cut, les chercheurs en sont venus à ces conclusions: le cerveau humain ne peut gérer qu’un nombre restreint de relations proches. Selon l’étude, une grande partie des efforts de communication de la personne étudiée sont consacrés à une minorité de ses relations, et ce schéma persiste quelle que soit l’identité de ces dernières. Cela signifie qu’une nouvelle entrée dans le réseau signe l’éviction d’un ancien membre. Cela pourrait être dû au fait que le temps disponible pour les communications n’est pas infini, de même que les capacités émotionnelles de chacun ont des limites, comme l’explique au Medical Daily Robin Duncan, coauteure de l’étude et professeure de psychologie évolutionniste à l’université d’Oxford: «Quand des gens sont ajoutés au réseau, d’anciens membres sont remplacés ou reçoivent moins d’appels. Cela est probablement dû à une combinaison de la limitation du temps disponible pour la communication et le gros effort cognitif et émotionnel requis pour maintenir une relation étroite. Il semble que les schémas de communication individuels soient si ancrés que même l’efficacité de certains moyens de communication (dans le cas présent, les téléphones mobiles) soient insuffisante pour les modifier».

Slate.fr
Lundi 20 Janvier 2014

Lu 106 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs