Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quand les portes provoquent des trous de mémoire




Il vous est sans doute déjà arrivé d’entrer dans une pièce pour y prendre quelque chose et de vous demander perdu : “Qu’est-ce que je faisais ?”. Cette situation agaçante se produit couramment, même à ceux qui se targuent de posséder une mémoire à toute épreuve. Gabriel Radvansky, professeur de psychologie de l’Université de Notre-Dame, en Indiana a tenté d’élucider la cause de cet étrange phénomène universel. Selon lui, ces trous de mémoire occasionnels surviendraient suite au franchissement d’une porte pour rejoindre une autre pièce.
Dans un communiqué, le chercheur développe sa découverte : “Entrer ou sortir d’une pièce clôt un chapitre dans notre esprit, ce qui sépare différentes périodes d’activité et les conserve. Il est difficile de se remémorer la décision ou l’activité qui a été faite dans une autre pièce parce que celle-ci a été classée et compartimentée”. En d’autres termes, le fonctionnement de l’esprit peut s’apparenter à l’organisation d’un film où le seuil de franchissement signale la fin d’une scène.
Pour en arriver à une telle conclusion, le professeur a réalisé une série d’expériences sur ses étudiants dans des environnements aussi bien réels que virtuels. Les sujets ont été soumis à des exercices de mémoire consistant à sélectionner un objet sur une table pour l’échanger contre un autre contenu dans des boîtes situées d’abord dans une autre pièce puis dans le même espace.
2 à 3 fois plus de trous de mémoire si porte il y a
Les résultats, publiés dans le Quarterly Journal of Experimental Psychology, sont sans équivoque. Les étudiants présentent de manière flagrante plus de trous de mémoire après avoir passé une porte pour rejoindre une autre pièce que lorsqu’ils parcourent la même distance au sein d’un espace non cloisonné. Ces conclusions se sont par ailleurs vérifiées non seulement en milieu virtuel mais également dans la réalité. “Les gens sont de deux à trois fois plus susceptibles d’oublier ce qu’ils sont censés faire après avoir traversé une porte” confie Gabriel Radvansky à Life’s Little Mysteries.
Finalement, le seuil d’entrée représenterait une limite gênant la capacité des personnes à se remémorer les décisions entreprises dans une autre pièce. “Je pense que les architectes pourraient être intéressés par cette recherche parce qu’ils veulent concevoir des espaces qui sont plus efficaces. Par exemple, ils pourraient avoir besoin de se demander où il est nécessaire de mettre des portes et où ça ne l’est pas”, conclut le chercheur.

Maxisciences
Mardi 29 Novembre 2011

Lu 545 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs