Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quand les détenus roumains prennent la plume pour retrouver la liberté




Ils sont footballeurs, entrepreneurs ou politiques mais, envoyés en prison pour corruption ou fraude, ils sont tous devenus comme par miracle des "hommes de lettres": en Roumanie, écrire un livre pendant la détention permet de retrouver la liberté plus vite. Dernier en date à quitter le pénitencier avant terme, l'ancien  international roumain Gheorghe Popescu. Condamné à trois ans de prison pour évasion fiscale, il a été mis en liberté le 4 novembre, grâce notamment aux quatre livres consacrés au football écrits derrière les barreaux. La publication d'un ouvrage littéraire ou scientifique entraîne en effet une remise de peine de 30 jours, selon une loi adoptée en 2013 qui modifie un  premier texte, plus restrictif, datant de 2006.
Après des débuts timides - une dizaine de livres publiés entre 2007 et 2010 - la production littéraire a explosé dans les prisons roumaines, avec pas moins de 157 nouveaux titres sortis entre janvier 2014 et juin 2015, selon des  chiffres fournis à l'AFP par l'Administration pénitentiaire (ANP). Une hausse qui coïncide avec une intensification ces deux dernières années de l'offensive de la justice contre les élites corrompues. Dernier gros poisson à être tombé dans les filets des procureurs: l'ancien Premier ministre  social-démocrate Victor Ponta, qui a démissionné le 3 novembre suite à l'incendie meurtrier d'une discothèque à Bucarest. Son procès pour corruption doit débuter dans les semaines à venir. Un détenu qui veut s'affirmer dans le monde des lettres doit obtenir une recommandation de la part d'un professeur universitaire spécialiste dans le domaine qu'il souhaite aborder. "Si sa demande est acceptée par une commission formée au sein de la prison, il aura accès à la bibliothèque du pénitencier et à un ordinateur non connecté à Internet", explique l'ANP. L'écrivain en herbe devra ensuite trouver une maison d'édition prête à  publier l'ouvrage, aux frais de l'auteur.
Selon des éditeurs consultés par l'AFP, la publication d'un livre tiré à  quelques centaines d'exemplaires coûte environ un millier d'euros, une dépense modique pour ceux que les médias décrivent comme des "détenus de luxe". L'ANP assure, par ailleurs, que plusieurs prisonniers ayant écrit des livres n'ont finalement pas bénéficié des remises de peines espérées. Mais les médias ont émis des doutes sur nombre d'ouvrages qui ont, au contraire, obtenu le satisfecit des autorités pénitentiaires.

Mardi 17 Novembre 2015

Lu 465 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs