Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quand les abus prennent le dessus

Des habitudes chamboulées durant le Ramadan




Quand les abus prennent le dessus
Sobriété, modération et retenue, telles devraient êtres les spécificités du mois sacré. Mais il n’en est rien, car paradoxalement c’est plutôt l’abondance qui l’emporte. Toutes nos habitudes s’en trouvent chamboulées. Tables trop garnies, affalement béat devant la télé des heures durant, ou encore des veillées interminables qui impactent sérieusement la qualité du sommeil et du travail.
 «Avoir les yeux plus gros que le ventre», voilà une expression qui retrouve  tout son sens lors de ce mois sacré. D’aucuns vivent constamment cette expérience. Les tables dressées pour le ftour regorgent d’aliments dont une grande partie se retrouve à la poubelle. Des plats variés et surtout riches en calories avec une prédilection pour les préparations sucrées telles que «chebakia», «sellou», «briouates». Un véritable gavage en somme. S’ensuivent bien évidemment des ballonnements, des sensations de mal-être voire des nausées. Les nutritionnistes tirent la sonnette d’alarme et mettent en garde contre toute sorte d’excès. Les apports alimentaires augmentent de manière spectaculaire dans un laps de temps court. «Je n’arrive pas à me retenir», se plaint pour sa part cette jeune femme. «Durant le mois de Ramadan, je prends 4 à 5 kg dont j’ai du mal à me débarrasser par la suite», avoue-t-il. Une alimentation qui gagnerait à être plus  surveillée vu que l’obésité constitue un vrai problème de santé publique au Maroc. Les derniers chiffres officiels indiquent  que près de 10 millions de nos compatriotes sont en situation de pré-obésité ou simple surpoids, soit  environ un tiers de la population du Royaume.   
Bien évidemment tous ces mets sont ingurgités devant la télévision. Les chaînes misent gros sur les recettes du mois sacré et font les bouchées doubles. Entre feuilletons, sitcom et show, il y en a pour tous les goûts. Toutes les tranches d’âge et les catégories socioprofessionnelles sont concernées. «Mon mari reste scotché devant  la télévision dès la rupture du jeûne jusque tard dans la soirée» témoigne Aziza. Et de préciser: «Parfois même, il reste dormir au salon tant il a la flemme d’aller au lit». C’est loin d’être un cas isolé. Bon nombre de personnes consomment la télévision à outrance malgré la qualité souvent médiocre des programmes. 
Par ailleurs, l’augmentation des comportements sédentaires s’aggrave encore davantage par les fameuses veillées ramadanesques «spécial jeux de cartes».  Une tradition établie depuis plusieurs années et qui subsiste grâce aux légendaires «Darat». Ces rassemblements qui permettent à un  certain nombre de proches ou d'amis de constituer un cercle qui se fait inviter à tour de rôle par ses propres membres. Encore une fois les excès ne sont pas bien loin, car les «parties» peuvent s’étendre jusqu’à l’aube. «Il m’arrive parfois de dormir juste quelques heures avant d’aller au travail», reconnait Ahmed, un habitué de ces soirées. On est en droit de se poser des questions sur la qualité du sommeil et par conséquent du travail accompli dans de telles conditions. 

Nezha Mounir
Mardi 15 Juillet 2014

Lu 958 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs