Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quand le rock rencontrait le flamenco




Une semaine après sa disparition, Leonard Cohen rescusite en Espagne avec un documentaire qui raconte la genèse il y a 20 ans du disque "Omega", un album culte de flamenco-rock inspiré des vers du Canadien et de ceux du poète espagnol Federico Garcia Lorca. 
Leonard Cohen, admirateur du flamenco et aussi du poète andalou au point de prénommer sa fille Lorca, avait reçu ce disque comme un cadeau. "C'est la plus grande chose qui me soit arrivée", disait-il plus tard à son biographe et ami, Alberto Manzano. Avec ce disque qui a révolutionné il y a tout juste 20 ans la galaxie flamenco, Enrique Morente, icône du genre, chante les vers de Lorca sur la musique du groupe rock Lagartija Nick ("Lézard Nick") et adapte en espagnol des chansons de Cohen comme "Hallelujah" ou "First we take Manhattan". "Le miracle, c'est que Morente a vu les éléments de flamenco dans ses chansons. C'est cela qui a le plus ému Cohen. Il était enchanté, très ému", raconte Alberto Manzano dans un entretien à l'AFP. 
Le chanteur l'avait reconnu des années plus tard, en 2011, lorsqu'il avait reçu des mains du futur roi d'Espagne Felipe VI le prix Prince des Asturies des lettres, considéré comme le Nobel du monde hispanique. "Tout ce qu'on peut trouver de bon dans mes chansons, dans ma poésie, est inspiré de cette terre", avait-il alors déclaré. Cohen avait affirmé n'avoir découvert sa vraie voix qu'en lisant les vers de Lorca, assassiné par les franquistes lors de la guerre d'Espagne (1936-1939). Il avait aussi rendu hommage à un Espagnol rencontré un jour dans un parc de Montréal, qui lui avait appris à jouer de la guitare. Les cours n'ont pas duré longtemps, l'homme s'étant suicidé peu après, mais assez pour marquer sa carrière.  "Ces six accords, cette progression de guitare, ont été la base de toutes mes chansons et de toute ma musique", avait-il raconté. "Cohen a toujours dit que Lorca avait été la ruine de sa vie", affirme Alberto Manzano. "Lorca a fait de lui un écrivain, mais il ne gagnait pas sa vie. Et cet Espagnol de Montréal lui a sauvé la vie quand il est allé à New York vendre ses chansons.
" Le documentaire qui vient de sortir en Espagne, portant pour titre le nom du disque, "Omega", revient sur cet album qui a concrétisé ce lien entre Leonard Cohen et l'Espagne. Mais aussi fait entrer le flamenco dans l'ère du rock.
Pendant 85 minutes d'interviews et d'images d'archives des répétitions et des concerts, les réalisateurs José Sanchez Montes et Gervasio Iglesias reconstruisent la gestation d'un disque devenu culte mais critiqué par les puristes du monde du flamenco. A l'origine, il s'agissait de réaliser un album adaptant la musique de Cohen au flamenco, un cadeau d'anniversaire au chanteur pour ses 60 ans, en 1994. Mais Enrique Morente est allé plus loin. Il a ajouté au répertoire le chef-d'oeuvre de Lorca "Poète à New York" et secoué les règles du flamenco, encore plutôt fermé aux croisements avec d'autres genres, en y introduisant le hard rock de Lagartija Nick.

Libé
Lundi 21 Novembre 2016

Lu 625 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs