Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quand la Nasa perd des morceaux de Lune




Quand la Nasa perd des morceaux de Lune
A quoi peut donc encore servir la Nasa? Alors que les heures glorieuses de la conquête spatiale semblent bien lointaines, la célèbre agence américaine pourrait bien se reconvertir dans la chasse aux échantillons. Selon un audit effectué par elle, 517 morceaux de lune auraient disparu entre 1970 et 2010 après avoir été prêtés, rapporte le New York Times.
Echantillons de sol lunaire, morceaux de météorites et autres poussières d’étoiles, autant d’objets collectés par l’agence spatiale américaine depuis les années 60 et qui manquent aujourd’hui à l’appel.
Les échantillons lunaires peuvent en effet être utilisés de différentes manières: pour la recherche scientifique, ils peuvent être envoyés à des laboratoires. Pour une fonction plus pédagogique, rien de tel qu’un bout de Lune pour appâter le chaland dans les musés, qui possèdent parfois des collections entières de matériaux spatiaux. Enfin, le fragment lunaire a souvent été utilisé comme cadeau diplomatique, afin de mettre en valeur la puissance spatiale américaine après les missions Apollo.
Hélas, la générosité de la Nasa n’a pas été récompensée. Selon le rapport, certains scientifiques auraient conservé des échantillons pendant plus de trente ans, sans conduire une seule expérience à leur sujet, avant de les retrouver rangés au fond d’un placard. D’autres fragments auraient même disparu, détruits accidentellement, perdus ou vendus.
Le problème ne concerne qu’une infime fraction des dizaines de milliers de matériaux ramenés lors des missions Apollo, mais est suffisamment préoccupant pour que la Nasa décide de réagir. La récupération de ces objets perdus est devenue la spécialité de Joseph R. Gutheinz, raconte le quotidien britannique The Independent:
 « Cet ancien agent de la Nasa interceptait les citoyens qui essayaient de vendre des rochers lunaires qu’ils avaient acquis de manière illégale au marché noir, parfois pour des millions de dollars. Maintenant il essaye de les trouver où il peut, les endroits les plus probables étant une boîte à chaussure ou une cave.»
Car si l’appât du gain peut conduire au vol de ces échantillons, leur perte est le plus souvent due à la négligence humaine. Une attitude que dénonce Guthein :
 «Si un gouverneur à qui on a prêté un échantillon n’est pas capable de le protéger, c’est qu’il n’est peut-être pas si vigilant que ça. Et s’il le ramène chez lui, quoi d’autre peut-il aussi avoir ramené?»
En mars, plus de 26.000 échantillons de la Nasa étaient en prêt, pour une collection total de 140.000 morceaux de Lune et 18.000 échantillons de météorite.

Slate.fr
Jeudi 26 Janvier 2012

Lu 277 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs