Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quand l’humain l’emporte sur le professionnel




Faire correctement son travail, c’est, en général, s’acquitter de la tâche qu’on fait sans protester, même si elle est ingrate. En enseignement, le devoir a un autre sens. Il ne s’agit pas seulement de dispenser un contenu, d’expliquer comme il se doit des leçons, d’aider les élèves à réussir l’examen académique de fin d’année, mais aussi de sentir le feu qui brûle en leur fond, de chercher à canaliser ce torrent impétueux capable de charrier tout sur son passage, d’essayer de prévoir le jaillissement du volcan avant qu’il ne soit trop tard… On croit préparer les professeurs à devenir des baromètres avec une futile formation, mais rien de tout cela ne se manifeste dans la réalité. Traumatisés par la cherté de la vie, ils quittent, à un train d’enfer, après avoir donné les cours de la journée, leur établissement pour rejoindre d’autres privés où d’autres leçons les attendent.
Cependant, cela n’exclut pas l’exception : des professeurs qui arrachent une part de leur temps pour l’accorder à leurs élèves, cherchant ainsi à faire émerger en eux le côté artistique resté jusque-là enfoui sous les décombres des programmes scolaires. Un exemple très expressif a eu lieu le 24 mars au lycée Salah Eddine Al Ayyoubi, à Massira II, un quartier populaire à Marrakech. Des élèves, qui n’ont bénéficié que du regard admiratif de certains de leurs professeurs, ont charmé tout un public composé de responsables du ministère de l’Education nationale, d’acteurs de la société civile, d’intellectuels et surtout de leurs camarades de classe. Des pièces de théâtre, des chants, des lectures poétiques ont meublé l’intervalle des deux heures et demie réservé à l’inauguration de la salle polyvalente. Mais est-il vraiment nécessaire d’accorder toute cette importance à une salle ? Autrement dit : qu’est-ce qu’elle a de si particulier cette grande classe équipée ?
Après l’intervention du directeur du lycée et du délégué du ministère, madame Benslimane, professeur de français, première responsable de la construction de la salle polyvalente, intervient, avec une voix pleine d’émotion et d’exaltation, pour expliquer les raisons qui l’ont poussée pour la première fois, à chercher des fonds pour créer une grande salle au sein du lycée. Elle accompagne ses propos par une projection sur l’état de l’établissement il y a quelques années. Ce n’était que des blocs de salles de classe sans plus. Aucun autre espace où les élèves pourraient s’épanouir en s’ouvrant sur eux-mêmes, où ils pourraient chercher dans leur tréfonds ce surplus d’énergie qui, faute d’être bien endigué, finit par les consumer. La bibliothèque n’était qu’un réduit de 45m² que les plus studieux des élèves fuient pour ne pas se sentir étouffés. La projection les a montrés en train de réviser, à l’approche des examens, les uns dans un coin de la cour, les autres dans les toilettes. Des scènes qui font vraiment mal au cœur. L’enseignante a ajouté, photos à l’appui, que lors de la cérémonie de fin d’année 2009, ses élèves, qui insistaient pour montrer à tout le lycée leurs réalisations artistiques, se trouvaient obligés d’utiliser une salle de classe où professeurs et élèves s’entassaient comme des déportés d’un pays en guerre. Pour mettre leurs accoutrements de scène, filles et garçons s’isolaient dans une autre classe et traversaient tout un couloir sous les acclamations de leurs camarades, ce qui gâchait toute surprise. Pour féliciter les élèves de leur exploit même dans des conditions lamentables, l’ancien directeur du lycée s’effondre en larmes devant tout le monde, semant ainsi un silence de mort. L’année suivante, l’enseignante, pour familiariser ses élèves avec le récit autobiographique, leur a proposé d’en écrire un à partir du sujet suivant : « Vous avez quarante ans, racontez la tranche de votre vie qui vous a le plus marqué». Grande fut sa surprise de sentir le désespoir qui se dégage des productions! Dans l’une, elle a trouvé ceci: «Je n’aurais peut-être pas quarante ans, car mon corps servirait bien avant à nourrir les poissons du Détroit de Gibraltar au moment où je chercherais à immigrer clandestinement vers l’autre rive où il y a la vie». A ce moment-là, l’éducatrice a compris ce message : enseigner c’est aussi apprendre à vivre. Et cela se fait en grande partie à l’école, dans une salle autre que la classe, une salle réservée principalement aux activités parascolaires. Elle commence à parler de son projet au corps enseignant de l’établissement. Certains ont apprécié l’idée, d’autres l’ont taxée de rêveuse. A ces derniers, elle a dit lors de son allocution, que le rêve est le propre de l’homme, qu’il n’y a pas de vie sans rêve ; elle leur a demandé de ne pas la réveiller de son rêve, car elle le trouve très doux.
Dans ce pays, on a plus besoin de gens qui rêvent que de ceux qui sombrent dans la léthargie, ceux qui s’oublient complètement dans leur profond sommeil, ceux qui ne se souviennent de rien après avoir quitté les bras de Morphée.

My Seddek Rabbaj (Ecrivain)
Jeudi 7 Avril 2011

Lu 646 fois


1.Posté par mouni le 09/04/2011 12:42
c'est tout à fait la réalité on feliite tous notre professeur pour donner cette énergie à notre lycée et merci mr Rabbaj pour votre article

2.Posté par Muhamed masnaoui le 09/04/2011 14:03
tout à fait raison, entant qu'élève au sein de l'établissement on avais besoin du soutien, d'encouragement, afin de pouvoir montrer ce surplus d'énergie, et grace à un certains nombre de professeur qui ont cru on nous, on a enfin vu nos rêves se réaliser.
à vrai dire on a du mal a trouver les mots pour exprimer combien on est fière d'avoir étudier au lycée salah eddin ayoubi.

3.Posté par Mme Samira -A- EL GOUNDAFI le 10/04/2011 19:56
Si Rabbaj je vous salue et vous félicite pour votre article. Je préside l'association ANDES située à Imegdal dans la Province d'AL Haouz à 73 Km de Marrakech, j'ai vécu la réalisation de ce projet avec Mme Benslimane depuis le début, je peux vous dire que votre article me rassure dans la mesure où nous ne sommes après tout que des êtres humains et que nous avons besoin d'un minimum de reconnaissance pour le travail réalisé ; à mon sens votre article a pu le faire.
Exprimer le mérite des autres reste une action posée que je respecte énormément.
Vous avez, Monsieur toute ma considération.

4.Posté par irrou redouane le 14/04/2011 11:34
tout d'bord, je vous remercie Mr Rabbaj d’écrire ce article . à propos de le 24mars c'est était vraiment un jour inoubliable . un jour de rêve je dit . c'est vraiment : the day when our dreams became true and real

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs