Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quand il pleut, ça pue à Essaouira : La ville des alizés assiégée par les eaux usées




Quand il pleut, ça pue à Essaouira  : La ville des alizés assiégée par les eaux usées
Quand il pleut, Essaouira pue ! La raison: les égouts de la ville qui éclatent à chaque fois que la pluie tombe. Les images de désolation sont les mêmes, dans l'ancienne médina comme au quartier des lagunes. Des flaques d'eaux pluviales, usées et puantes obstruent les passages piétons.
Aujourd'hui, la situation est dramatique aux alentours de l'ancienne médina qui a été assiégée par les eaux des égouts  hors d’usage. Aucune image ne pourra décrire cette défaillance des infrastructures d'assainissement liquide  de cette ville touristique… Les expressions d'exaspération se lisaient sur les lèvres et les visages des citoyens et des touristes  qui étaient obligés de se frayer leur chemin au milieu d'une immense flaque d'eaux usées  pour pouvoir accéder à la ville par la grande porte .
La station des taxis était à son tour inondée par les eaux usées et il fallait supporter la puanteur en attendant qu'un taxi daigne transporter les usages loin de ce calvaire. Pourtant, les chauffeurs de taxis sont devenus très exigeants au niveau des destinations. Certains refusent de transporter des citoyens vers certains quartiers à cause des immenses flaques d'eaux qui endommagent les moteurs.
"A chaque fois que la pluie tombe, nous nous trouvons seuls face aux éternels problèmes des infrastructures routières et celles de l'assainissement liquide. Les grands trous submergés par les eaux pluviales portent préjudice à l'état mécanique des voitures. De ce fait, nous devons choisir entre un repos un travail sélectif qui ne plaît guère aux clients", nous a déclaré un chauffeur de taxi commentant l'image de l'ancienne médina assiégée.
A quelques pas de la grande porte, le gérant d'un hôtel classé a passé plusieurs heures, à demander l'intervention de l'Office national de l'eau potable dont le camion de pompage n’est arrivé qu'à 17H. L'entrée de l'hôtel était bloquée par une immense flaque d'eaux usées, et il n'était pas du tout évident d'accéder à l'hôtel ou d’en sortir.
"Nous subissons des préjudices financiers au quotidien à cause de cette situation insoutenable; aucun client ne cherchera à accéder à l'hôtel assiégé par les eaux. Rien que pour ce mois-ci, nous avons payé quinze mille dirhams comme facture d'assainissement liquide. C'est vrai que l'ONEP gère le service par le biais d'un contrat de gestion déléguée, mais il n'est finalement qu'un prestataire de service. Il incombe toujours à la municipalité de suivre l'application et le respect des termes du cahier des charges", a déclaré le gérant d'un hôtel classé en réaction à cette situation.
Cette destination touristique perd quotidiennement de son crédit auprès de ses admirateurs et clients, à cause de ses infrastructures catastrophiques qui ne font apparemment ni chaud ni froid à l'actuel conseil communal qui vient de programmer un million quatre cent mille dirhams pour l'achat de matériaux et fournitures de pavoisement!!
Essaouira a maintenant hérité d’un problème sanitaire qui risque de durer et nuire à la santé et au confort des habitants et visiteurs de la ville. Les moustiques ne sont plus un souci saisonnier, c'est devenu un problème quotidien pour les ménages et établissements touristiques de la ville dont la forêt inondée par les eaux usées déversées par la station d'épuration, constitue maintenant un milieu favorable où les moustiques peuvent nicher et se multiplier. Et jusqu'à présent, aucune partie n'a pris l'initiative de traiter cette zone polluée en vue d'atténuer la gravité de ce problème sanitaire et écologique.

Abdelali khallad
Samedi 13 Mars 2010

Lu 557 fois


1.Posté par jigoud le 14/03/2010 12:59
Le tourisme est un secteur stratégique de l'Etat. Prendre ce secteur dans une de ses parties les plus sensibles, puis dire que ça PUE...attention les amis!
D'accord avec vous qu'il faut dire certaines choses.Mais il y a tant de façons de les dire. En parlant , il faut toujours avoir présent devant ses yeux , l'intérêt de notre pays!
Vous ne le faites pas , par manque d'expérience et de formation politique...Ce n'est pas grave..., je le dis pour l'avenir.
.Attention, critiquer n'est pas détruire!

2.Posté par abbas le 15/03/2010 02:18
Eh oui !!
la nature n'aime pas le vide
A Essaouira, elle s'exprime crument
pavoisez ! dansez !! forniquez !! dirait La Fontaine
il y en aura pour tout ce monde, qui ne mérite que ça
et pas mieux. Puissent-ils en tirer raison

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs