Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Qualité des eaux de baignade : Les plages de Rabat et de Salé parmi les dernières de la classe




Il fera bon de se baigner cette année dans la grande majorité des plages marocaines. Selon le dernier rapport sur la qualité des eaux de baignade, près de 95% des plages contrôlées sont propres à la baignade. En effet, sur les 298 stations contrôlées, soit 15 de plus qu’en 2008, 283 d’entre elles ont des qualités microbiologiques conformes aux exigences réglementaires pour la baignade. Plus de 76% des plages propres à la baignade ont des eaux de bonne qualité (catégorie A), alors que plus de 4% des plages ont des eaux de qualité moyenne (catégorie B) et 1% des eaux momentanément polluées (catégorie C).
En revanche, 5% des plages contrôlées, soit 15 stations, sont classées dans la catégorie D, celles où les eaux sont considérées de mauvaise qualité. La raison est toute simple. Ces plages subissent l’influence des rejets d’eaux usées ou connaissent une forte concentration de baigneurs, conjuguées à l’insuffisance des infrastructures d’hygiène.  Les dernières de la classe sont toujours les mêmes. Il s’agit des plages de Rabat et de Salé, de Calabonita dans la province d’El Hoceima, de Martil et de M’diq, dans la wilaya de Tétouan, de Tanger-Malabata  et de Tanger-ville dans la wilaya de Tanger-Asilah, la plage de Nahla dans la wilaya du Grand Casablanca, et Sidi Ifni dans la province de Tiznit. Ce sont donc des plages à forte affluence lors de la période estivale qui devraient être carrément interdites à la baignade, mais qui sont toujours ouvertes au public. Le rapport sur la surveillance de la qualité des eaux de baignade ne nous dit pas quelles sont les plages dont les eaux ont été assainies et partant, sont passées de la catégorie D à la catégorie B ou C. Mais ce qui est sûr par contre, comme l’a souligné le ministre chargé de l’Eau et de l’Environnement, c’est que le gouvernement déploie de grands  efforts en matière d’assainissement des eaux usées. D’un coût global de 50 milliards de DH  à l’horizon 2020 et de 80 milliards de DH en 2030, ce programme porte sur la création de 330 stations d’épuration dont 24 ont déjà été réalisées. 

Amina SALHI
Mercredi 24 Juin 2009

Lu 782 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs