Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pyongyang procède à de nouveaux tirs près de sa frontière avec Séoul : La Corée du Nord fait monter la tension en Mer Jaune




Pyongyang  procède à de nouveaux tirs près de sa frontière avec Séoul : La Corée du Nord fait monter la tension en Mer Jaune
Pyongyang avait procédé à des tirs similaires mercredi, poussant l’artillerie sud-coréenne à répliquer par une centaine de tirs de semonce.
Selon l’officier sud-coréen, les obus tirés par la Corée du Nord auraient échoué dans les eaux territoriales nord-coréennes, comme la veille.
Pyongyang a fait savoir mercredi que ces tirs s’inscrivaient dans le cadre d’un exercice militaire annuel et que d’autres suivraient dans les mêmes eaux. Lundi, le régime nord-coréen avait déclaré une zone interdite à la navigation au large de ces positions. Ce genre d’initiative a souvent pour but de sécuriser la zone afin de procéder à des tirs de missile.
La Corée du Sud estime que la zone circonscrite recouvre une partie de ses eaux territoriales. Le gouvernement a envoyé à son voisin un message pour déplorer cette initiative, synonyme “d’augmentation inutile des tensions” entre les deux pays.
Fidèle à une stratégie éprouvée, la Corée du Nord a ainsi fait monter brusquement la tension face à sa rivale du Sud dans les eaux disputées de la Mer Jaune.  
Mercredi matin, l’Armée populaire avait tiré une trentaine d’obus à la limite de ses eaux territoriales, déclenchant immédiatement une centaine de coups de semonce des canons sud-coréens –postés sur les îles alentour.
«Cela doit cesser immédiatement», s’est étranglé, à Séoul, le ministre de l’Unification, Hyun In-taek. Peine perdue, quelques heures plus tard, les Nord-Coréens tiraient une nouvelle salve, sous couvert d’exercice militaire destiné à parer à toute éventuelle invasion des «va-t-en-guerre» capitalistes. La Corée du Sud n’a cette fois, pas répliqué, pas plus qu’elle n’a réagi aux nouveaux obus tirés par son voisin le lendemain. Ceux-ci seraient tombés dans les eaux nord-coréennes.
Depuis un accrochage naval le 13 novembre, qui avait laissé un navire communiste en flammes, la tension est à son comble sur les eaux boueuses de la Mer Jaune. Plus que jamais, Pyongyang dénonce la frontière maritime tracée par un général américain à la fin de la guerre de Corée, en 1953. Soixante ans après le début des hostilités, la Corée du Nord exploite cet ancien contentieux, estiment les experts, pour affermir sa position de négociation alors qu’elle s’apprête à reprendre les discussions avec sa rivale du Sud et les États-Unis. «C’est du classique, ils font monter les enchères», décrypte à Séoul une source occidentale qui a ses entrées à Pyongyang.
Alors que les obus pleuvaient, la propagande réaffirmait dans un communiqué l’urgence d’établir un traité de paix avec Washington. Un objectif qui, selon la Maison-Blanche, ne pourra être envisagé qu’une fois obtenus de Kim Jong-il des concessions sur le nucléaire et son retour aux pourparlers à six (incluant également la Chine, la Corée du Sud, le Japon et la Russie) qu’il boycotte depuis avril dernier. Des conditions américaines jugées «insolentes» par le Minju Chosun, journal du régime, qui exige également la levée des sanctions imposées par l’ONU après le second essai atomique conduit par Pyongyang en mai.
Face à cette nouvelle provocation militaire calculée, la Corée du Sud joue la désescalade. Après avoir menacé le Nord de «frappes préventives», la semaine dernière, Séoul n’a pas répondu à la seconde salve d’artillerie communiste. Surtout, Séoul a confirmé la tenue d’une réunion de négociations avec le Nord prévue le 1er février et visant à relancer la coopération dans le parc industriel de Kaesong, où 110 entreprises du Sud emploient 42 000 ouvriers du Nord. Un geste qui témoigne de la volonté nouvelle du président Lee Myung-bak de tisser le dialogue avec son rival communiste.
Partisan d’une ligne dure à son arrivée au pouvoir en 2008, l’ancien PDG de Hyundai prépare en coulisse un rapprochement afin de laisser sa trace dans l’histoire. «Le président veut tenir un sommet intercoréen avec Kim avant la fin de son mandat», confie un haut fonctionnaire sud-coréen. Autre enjeu, la tenue du sommet du G20 à Séoul, prévu en novembre et érigé en priorité nationale par Lee Myung-bak qui exige une amélioration des relations bilatérales afin de s’assurer que le dictateur ne gâchera pas la fête. Une opportunité pour Pyongyang, étranglé par les sanctions, de monnayer un rapprochement et obtenir une aide économique.

AFP, Reuters, AP
Vendredi 29 Janvier 2010

Lu 113 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs