Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pyongyang probablement capable de frapper la Californie sous deux ans


La Chine réfute avoir une responsabilité dans la crise coréenne



La Corée du Nord sera probablement capable d'envoyer sous deux ans en Californie un missile doté d'une charge de 500 kg, a estimé mardi un expert, une semaine après le premier tir réussi d'un missile intercontinental (ICBM) par Pyongyang.
Le leader nord-coréen Kim Jong-Un a affirmé la semaine dernière que l'essai du 4 juillet, jour de la fête nationale américaine, était un "cadeau" aux "salauds d'Américains".
Ce succès technologique rapproche Pyongyang de la réalisation de son objectif, qui est d'être en mesure de menacer le territoire continental américain du feu nucléaire.
Des experts pensent que le missile Hwasong-14 tiré mardi dernier pourrait avoir une portée de 8.000 km et être par conséquent en mesure d'atteindre l'Alaska ou Hawaï.
"Si le Hwasong-14 est assemblé comme nous pensons qu'il l'est, il doit probablement pouvoir faire mieux quand tous les défauts sont corrigés", a déclaré John Schilling, expert de l'organisation "38 North", qui dépend de l'université John Hopkins à Washington.
Il a estimé que cette portée pourrait être de 9.700 km avec une charge de 500 kg.
"Les Nord-Coréens n'y arriveront pas demain. Mais ils y arriveront probablement un jour", a ajouté M. Schilling.
Avec "un an ou deux d'essais et de développement supplémentaires", a-t-il ajouté, "il deviendra probablement un missile qui peut porter avec fiabilité une tête nucléaire sur des cibles de la côte ouest, possiblement avec suffisamment de précision pour détruire des cibles militaires comme des bases navales", telles que celle de San Diego, en Californie.
Depuis l'arrivée au pouvoir de Kim Jong-Un fin 2011, la Corée du Nord a considérablement accéléré le développement de ses programmes nucléaire et balistique, pourtant interdits par la communauté internationale.
La Corée du Nord a réalisé cinq essais nucléaires depuis 2006, dont deux depuis janvier 2016.
Par ailleurs, la Chine a rejeté mardi en des termes inhabituellement forts l'idée qu'elle puisse avoir une responsabilité dans la persistance de la crise provoquée par les programmes balistique et nucléaire de la Corée du Nord.
Lors de son entrevue avec le président chinois Xi Jinping samedi à Hambourg, Donald Trump avait adopté un ton conciliant sur cette question épineuse qui semble mettre sa patience à rude épreuve. Pour le chef de l'Etat américain, Pékin ne fait pas suffisamment d'efforts pour contraindre son allié nord-coréen à cesser ses activités nucléaires.
Les essais à répétition de missiles balistiques menés par les autorités de Pyongyang exacerbent l'agacement américain mais également celui du Japon et de la Corée du Sud.
Le tir récent d'un missile balistique nord-coréen qui serait en mesure d'atteindre l'Alaska ou Hawaï, voire le nord-ouest des Etats-Unis, n'a fait qu'envenimer la situation.
Interrogé sur les demandes formulées par Washington, Tokyo et Séoul, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a expliqué que son pays n'était pas responsable de l'escalade des tensions et que trouver une solution n'incombait pas seulement à Pékin.
"Concernant la crise nucléaire dans la péninsule coréenne, certaines personnes ont récemment donné une importance exagérée à cette prétendue 'théorie de la responsabilité chinoise'", a commenté Geng Shuang.
"Je pense que cela montre, soit un manque de connaissance complète et précise de la question, soit d'autres motifs comme le transfert de la responsabilité", a-t-il poursuivi.
Le porte-parole a rappelé que son pays avait accompli des efforts incessants et avait joué un rôle constructif mais que toutes les parties en présence devaient faire un geste.
"Demander aux autres de faire le travail et ne rien faire soi-même n'est pas acceptable. Se faire poignarder dans le dos n'est pas acceptable", a-t-il encore dit.
La Chine dénonce le projet des Etats-Unis de déployer un système de défense balistique en Corée du Sud qui, estime-t-elle, menace sa sécurité et ne contribue pas à apaiser les tensions dans la région.

Libé
Mercredi 12 Juillet 2017

Lu 194 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs