Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pyongyang poursuit dans la surenchère en tirant des missiles

Les tensions se sont aggravées avec le lancement des manœuvres conjointes entre la Corée du Sud et les Etats-Unis




Pyongyang poursuit dans la surenchère en tirant des missiles
La Corée du Nord a poursuivi jeudi dans la surenchère en tirant deux missiles balistiques à courte portée et en annonçant qu'elle allait liquider les actifs d'entreprises sud-coréennes toujours présents sur son sol.
 Les tensions sur la péninsule n'ont fait que s'aggraver depuis le quatrième essai nucléaire nord-coréen en janvier, les deux Corées répondant systématiquement depuis deux mois aux décisions du voisin par des mesures de rétorsion.
C'est à l'annonce de nouvelles sanctions unilatérales de la Corée du Sud que Pyongyang a répliqué en tirant vers 05h20 (20h20 GMT mercredi soir) deux missiles qui ont parcouru 500 kilomètres avant de s'abîmer en mer Orientale, aussi nommée mer du Japon, au large du port nord-coréen de Wonsan, selon un porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense.
 Les tests de missiles de courte portée sont relativement fréquents en Corée du Nord, contribuant invariablement à crisper l'atmosphère dans la péninsule.
 La semaine dernière, la Corée du Nord avait tiré six projectiles à courte portée au large de ses côtes orientales en réaction à la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui a drastiquement alourdi les sanctions internationales visant le régime le plus isolé au monde.
 Le Conseil avait imposé cette nouvelle volée de mesures en réponse au quatrième essai nucléaire conduit par le Nord le 6 janvier, et au lancement par Pyongyang d'une fusée le 7 février, largement considéré comme un essai déguisé de missile balistique.
 Les tensions se sont aggravées avec le lancement cette semaine des manœuvres annuelles conjointes entre la Corée du Sud et les Etats-Unis, auxquelles Pyongyang a répliqué par des menaces de frappes nucléaires préventives.
 Jeudi, la Corée du Nord a annoncé qu'elle allait se débarrasser de tous les actifs laissés sur son sol par les entreprises sud-coréennes impliquées dans deux projets communs: la station de montagne du mont Kumgang et le complexe industriel intercoréen de Kaesong.
 "A compter d’aujourd’hui, nous déclarons nuls tous les accords conclus entre la Corée du Nord et la Corée du Sud en matière de coopération économique et de programmes d'échanges", a annoncé le Comité pour la réunification pacifique de la Corée dans un communiqué diffusé par l'agence officielle KCNA  Séoul avait riposté en février au tir de fusée de Pyongyang en annonçant la suspension des opérations sur la zone industrielle de Kaesong, qui était un des ultimes projets communs de coopération.
 Séoul avait accusé Pyongyang de détourner le produit de ce complexe pour financer ses programmes nucléaire et balistique proscrits.
Pyongyang avait en réponse expulsé tous les Sud-Coréens travaillant à Kaesong. Une organisation représentant les entreprises sud-coréennes jusqu'alors présentes avait évalué leurs pertes à 820 milliards de wons (617 millions d'euros).
 "Personne ne peut liquider unilatéralement des actifs privés", s'est insurgé jeudi auprès de l'AFP le président de cette association, Jeong Gi-Seob, qualifiant l'annonce nord-coréenne de "scandaleuse".
Environ 53.000 Nord-Coréens travaillaient à Kaesong dans 124 entreprises manufacturières sud-coréennes, essentiellement dans la confection, l'électronique et la production chimique.
La station de Kumgang, construite par le géant sud-coréen Hyundai Asan, était, elle, le premier projet majeur de coopération intercoréenne. Des milliers de Sud-Coréens ont pu s'y rendre en vacances entre 1998 et 2008.
 Séoul avait suspendu ces voyages en 2008 lorsqu'une touriste sud-coréenne, qui venait de pénétrer dans une zone militaire interdite lors d'une promenade, avait été abattue par un soldat nord-coréen.
 Pyongyang avait finalement en 2011 mis un terme à son accord de coopération avec Hyundai Asan et avait saisi tous les avoirs sud-coréens sur place.  A l'exception de Kaesong, tous les projets de coopération économique entre le Nord et le Sud ont cessé en 2010 après le naufrage d'une corvette sud-coréenne, dont Séoul a attribué la responsabilité à Pyongyang, qui dément.
 Dès lors, la portée des sanctions unilatérales annoncées par le Nord ou le Sud est forcément limitée.
 Kim Jong-un a soutenu cette semaine que son pays avait réussi à miniaturiser des têtes thermonucléaires, ou bombes H, pouvant être placées sur un missile balistique, créant ainsi une "vraie" dissuasion nucléaire.
 Le département d'Etat américain a répliqué en exhortant Pyongyang à abandonner "une rhétorique et des déclarations provocatrices", son porte-parole John Kirby traitant M. Kim de "jeune dictateur" coupable de "violations" répétées du droit international.
 "Ce jeune homme devrait se soucier davantage du peuple nord-coréen", a déclaré M. Kirby.

Vendredi 11 Mars 2016

Lu 1122 fois


1.Posté par Pierre Jones-Savard le 11/03/2016 00:07
La division de la Corée s'accentue, informé comme je suis de l'historique de ce pays depuis la soi-disant fin de la deuxième guerre mondial, j'ai l'impression que tant et aussi longtemps que les deux Corées ne seront pas unifié, la seconde guerre mondial ne sera pas terminé et pourrait reprendre, tout comme un feu qui couve longtemps et qui recommence.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs